Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jean-Jacques Urvoas refuse toute "guantanamoïsation" du droit

Reuters28/07/2016 à 16:20

JEAN-JACQUES URVOAS DÉFEND LE DROIT CONTRE L'ARBITRAIRE

PARIS (Reuters) - Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas refuse toute "guantanamoïsation" du droit français après les critiques émises par Nicolas Sarkozy contre la politique du gouvernement en matière de lutte antiterroriste.

L'attaque contre une église mardi a attisé la polémique sécuritaire ravivée après l'attentat du 14 juillet à Nice entre le gouvernement et l'opposition de droite.

L'ex-chef de l'Etat et président des Républicains (LR) a estimé mercredi que la réponse de la gauche aux attentats qui visent la France depuis janvier 2015 n'était pas à la hauteur et a notamment appelé à la révision des dispositions européennes sur la double peine.

"Emportés par l’émotion et l’inquiétude, la tentation est grande d’en appeler à la 'pensée magique', quitte à sortir de notre Constitution, quitte à sortir de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), quitte à sortir de ce qui fait la France", souligne le ministre de la Justice dans une tribune publiée jeudi par Le Monde.

"Notre Constitution garantit les libertés publiques pour qu’en France on ne puisse pas enfermer sans preuve", poursuit-il. "L’arbitraire n’est pas acceptable et au nom de l’efficacité, je refuse cette volonté de 'guantanamoïsation' de notre droit", dit-il en référence au centre de détention controversé américain.

"CIRCULEZ, Y'A RIEN À VOIR"

Nicolas Sarkozy a dénoncé les propos du ministre en marge d'un déplacement dans l'Oise.

"Si à chaque fois qu'on fait une proposition (...) on me dit : 'Vous brisez l'unité de la France', alors le mieux est de supprimer le Parlement, le mieux c'est qu'il n'y ait pas d'opposition, et on considère que tout va bien dans le meilleur des mondes. Moi je pense que rien ne va", a-t-il dit à des journalistes.

"Qu'est-ce que me répond le garde des Sceaux? 'Circulez, y'a rien à voir, ça serait Guantanamo', où il n'a jamais mis les pieds, où il ne sait même pas ce qui s'y passe", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a demandé mercredi la mise en oeuvre des propositions émises par la droite ces derniers mois.

Les Républicains préconisent notamment que tout étranger dont les connexions, directes ou indirectes, avec un groupe terroriste sont démontrées soit expulsé de France ou que tout ressortissant français dans la même situation soit placé dans un centre fermé ou avec un bracelet électronique pour trois mois.

Ils demandent également que les détenus condamnés pour terrorisme ne puissent bénéficier d’aménagements ou de réductions de peines automatiques.

Nicolas Sarkozy souhaiterait également le placement en rétention de suspects ou de fichés "S" "pour que le principe de précaution s'applique à la sécurité des Français".

"L’ancien président de la République (...) propose de réduire notre droit à un système d’exception, dont nous savons, pour le voir en œuvre dans d’autres pays, qu’il est inefficace et ne saurait nous garantir contre les impulsions meurtrières des terroristes", estime Jean-Jacques Urvoas.

(Marine Pennetier avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.