1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jean-Christophe Cambadélis : « Le PS revendique le droit à l'insolence »
Le Parisien20/04/2014 à 13:22

Jean-Christophe Cambadélis : « Le PS revendique le droit à l'insolence »

Il est aux manettes du PS jusqu'au congrès du parti en octobre 2015. Une peinture d'un artiste grec -- ses origines --, une affiche à la gloire de Jean Jaurès et même une biographie de Trostki, le « maître à penser » du jeune « Camba » des années 1970... qu'il cache rapidement dans la bibliothèque. C'est là, dans le grand bureau du premier étage de la rue de Solférino (Paris VIIe), que le nouveau premier secrétaire du PS a dévoilé à notre journal les grandes lignes de ce parti qu'il entend rebâtir, après la débâcle des municipales.

« Changer ou mourir », a dit Julien Dray. Est-ce si excessif ?

Jean-Christophe Cambadélis. Le PS doit se bouger, c'est une nécessité. Nous avons été sévèrement et tragiquement battus aux municipales. Les fondations sont touchées. Je dis : touché mais pas coulé ! Le PS reste une grande force avec près de 300 000 adhérents. Mais il est vrai qu'au fil du temps ce parti a perdu ses réflexes, ses règles, sa colonne vertébrale, voire son attractivité politique. L'individualisme et le narcissisme y font aussi des dégâts. Le PS est une grande formation politique, mais anémiée.

Comment souhaitez-vous lui rendre sa force ?

Dès la semaine prochaine, nous lancerons une mission, sorte d'audit sur l'état de notre parti. Elle aura pour but de mesurer l'impact de la défaite département par département. Pendant quinze jours, les trente secrétaires nationaux iront dans les territoires réunir les militants pour engager le dialogue. Je compte faire le tour de l'ensemble des fédérations (NDLR : qu'il commence jeudi à Colomiers, en Haute-Garonne). Je ne veux laisser personne au bord du chemin.

L'entre-soi est-il le principal défaut des socialistes ?

C'est clair. Parce qu'il est devenu un parti de gouvernement, le PS a intégré le langage techno. Moi, par exemple, je connais des chômeurs, mais une courbe du chômage, c'est incompréhensible... Je demande aux socialistes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    22 avril23:34

    Pour ce qui était du droit à la c.o.n.n.e.r.i.e, c'était déjà le cas... J'OSE VRAIMENT INSISTER !!! MAIS VRAIMENT !!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer