1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Je suis libre !" : le nouveau gimmick à l'UMP

Le Point11/02/2014 à 18:21

Valérie Pécresse était l'invitée de l'émission BFM Politique-RMC-Le Point.

Est-ce l'ombre en mouvement de Nicolas Sarkozy qui les fait se cabrer aussi vivement ? Lundi, c'était François Fillon qui, interrogé sur le soutien de l'ancien président à NKM, se fendait au micro de Jean-Jacques Bourdin d'un "Je n'ai aucun conflit avec Nicolas Sarkozy, simplement, je suis libre". La veille, sur le plateau de BFM Politique-RMC-Le Point, c'était au tour de Valérie Pécresse : "Je ne suis pas le porte-parole de quiconque, je suis une femme libre, j'ai 46 ans !" Et si la secrétaire générale déléguée de l'UMP a "toujours pensé" que 2017 se jouerait "entre François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy", elle ne manque pourtant pas de tacler Bernadette Chirac lorsque celle-ci assure, dans les colonnes de Nice-Matin, que Nicolas Sarkozy sera candidat : "Bernadette Chirac prend sans doute ses désirs pour des réalités aussi. Elle a toujours eu une immense affection pour Nicolas Sarkozy, ça ne date pas d'hier. Mais le sujet aujourd'hui, il n'est pas vraiment là." Détresse Valérie Pécresse était aussi invitée ce dimanche à clarifier un certain nombre de ses positions "sociétales" : vue à une Manif pour tous à Versailles, puis protestant sur Facebook contre les lois espagnoles anti-IVG... On est un peu perdu, non ? Nenni : "Je suis favorable à ce qu'on puisse, dans la société française, avoir le droit à l'avortement, répond-elle. Je n'ai pas changé d'avis." Même quand François Fillon parle de "faute...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer