1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Je démissionne pour protéger Édouard Philippe», annonce son conseiller Sandro Gozi
Le Parisien23/10/2019 à 21:48

«Je démissionne pour protéger Édouard Philippe», annonce son conseiller Sandro Gozi

Ancien secrétaire d'Etat italien dans l'équipe de Matteo Renzi, candidat aux européennes sur la liste française Renaissance de Nathalie Loiseau, Sandro Gozi était conseiller salarié à Matignon depuis trois mois. Pris dans une polémique pour ses activités auprès du gouvernement maltais de Joseph Muscat, il a démissionné mercredi soir de son emploi à Matignon.Vous démissionnez parce que vous avez été « lâché » par Matignon ?SANDRO GOZI. Depuis que j'incarne cette idée de politique transnationale en Europe, je fais l'objet de viles attaques de la part des nationalistes de tous bords, en France comme en Italie. Des dénonciations anonymes, des révélations qui se révèlent ensuite infondées.Avez-vous conseillé le gouvernement de Malte tout en étant membre du cabinet d'Édouard Philippe à Matignon ?Non. A partir du 1er août, j'ai travaillé pleinement pour le gouvernement français. En juillet, j'ai clos mes dossiers avec Malte.Quelle était la nature de cette collaboration ?Je mène, en parallèle à mon engagement politique, une activité de consultant, ayant été diplomate, fonctionnaire européen, chercheur en université... Quand ma fonction de ministre des Affaires européennes a pris fin en Italie (NDLR : le 1er juin 2018), j'ai repris des missions de conseil auprès de plusieurs organisations, dont le gouvernement maltais. En parallèle, je me suis porté candidat aux élections européennes dans la liste Renaissance en France.Vous êtes élu le 26 mai dernier. Mais, en 22e position, vous faites partie des eurodéputés « gelés » en attendant le départ des élus britanniques avec le Brexit. Qu'avez-vous fait depuis cette date ?Dès mon élection, j'ai indiqué à Malte que je mettais fin à mon contrat. Courant juillet, je suis sollicité par Édouard Philippe pour devenir chargé de mission à Matignon. A partir du 1er août, je deviens salarié. Cette fonction m'a obligé à faire une déclaration à la ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer