Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Japon-Le débat sur la TVA illustre les limites des "Abenomics"

Reuters02/10/2014 à 13:57

* Les "Abenomics" ne donnent pas les résultats espérés * Une nouvelle hausse de la TVA fait débat par Leika Kihara TOKYO, 2 octobre (Reuters) - L'ambitieux programme du Premier ministre japonais Shinzo Abe pour relancer la troisième économie du monde montre ses limites au moment où le gouvernement doit se prononcer sur un nouveau relèvement de la TVA. Les "Abenomics", terme donné aux réformes engagées depuis près de deux ans pour enrayer une déflation chronique et un endettement colossal, tardent à donner les résultats escomptés et la récession menace. L'assouplissement monétaire massif et l'augmentation de la dépense publique n'ont pas empêché l'économie du Japon de se contracter de 7,1% en rythme annualisé d'avril à juin, soit deux fois plus qu'en 1997, quand le Premier ministre d'alors, Ryutaro Hashimoto, avait décidé d'augmenter la TVA. La ralentissement économique qui s'en était suivi avait poussé le chef du gouvernement vers la sortie, un précédent qui doit faire réfléchir Shinzo Abe. Ce dernier a augmenté la TVA en avril, pour la première fois depuis 1997, la faisant passer de 5 à 8%. Les économistes s'attendent à le voir décider d'une nouvelle augmentation, à 10% cette fois, avant la fin de l'année pour tenter de réduire une dette qui représente plus du double du produit intérieur brut, un record pour un pays développé. Les dégâts provoqués sur l'économie par la hausse d'avril plaident pour une volte-face mais elle serait cependant risquée car elle pourrait être interprétée par les marchés comme un aveu d'impuissance de la part du gouvernement. DILEMME "S'il ne le fait pas, cela entamera la confiance dans les finances du Japon", estime Takao Yasuda, directeur général du géant de la distribution discount Don Quijote Holdings. "On l'interpréteraie comme une preuve de la faiblesse de l'économie", ajoute-t-il. "Si vous me demandez mon avis, il serait préférable d'augmenter (la TVA) de 10% rapidement et de se débarrasser ainsi de tous les facteurs négatifs". Les bonnes nouvelles existent pour l'économie du Japon, comme la baisse du yen, longtemps souhaitée par les décideurs pour lutter contre la déflation. Mais elle a pris une ampleur qui commence à inquiéter les milieux économiques. ID:nL6N0RW30H En ce qui concerne la TVA, le scénario le plus généralement accepté par les économistes est que la deuxième augmentation aura bel et bien lieu. Elle pourrait s'accompagner d'une augmentation de la dépense publique pour doper la croissance et par de nouvelles mesures de stimulation de la part de la Banque du Japon. "C'est un choix extrêmement difficile", résume Koichi Haji, économiste en chef au NLI Research Institute. "Reporter la décision de six mois pourrait être une option mais il n'y a pas de garantie que l'économie s'améliorera pendant ce délai. "Introduire l'augmentation en dépit de la fragilité de l'économie est également risqué politiquement avec les élections municipales qui se profilent au début de l'année prochaine", ajoute-t-il. "C'est un véritable dilemme pour Abe". (Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.