Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Jacques Attali prône un big bang de la formation professionnelle

Reuters22/09/2013 à 13:50

JACQUES ATTALI POUR UN BIG BANG DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Il faudrait consacrer au moins dix milliards d'euros à la formation des demandeurs d'emploi en France mais la négociation qui s'ouvre mardi entre les syndicats et le patronat ne change pas vraiment la donne, déclare l'économiste Jacques Attali.

Cette négociation n'est qu'un volet de la réforme entreprise par le gouvernement pour faire de la formation professionnelle, qui mobilise quelque 32 milliards d'euros par an, un levier efficace contre le chômage.

"Tout va se jouer sur la question de savoir quelle part des 32 milliards va basculer sur les chômeurs. Pour moi, c'est le critère", a dit Jacques Attali dans une interview à Reuters. "Si on est en dessous de quatre à cinq milliards, ça sera un échec."

"Il faut arriver progressivement à un tiers des 32 milliards par réorientation de l'argent existant", a expliqué l'ancien conseiller du président François Mitterrand et ex-président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Selon une annexe au projet de loi de Finances 2013, 12% des dépenses totales de formation professionnelle, soit moins de quatre milliards d'euros, vont effectivement à la formation des demandeurs d'emploi. Une part en recul constant depuis 2000, précise la Cour des comptes dans un rapport de janvier 2013, et un chiffre que Jacques Attali juge au demeurant très surestimé.

Les principaux financeurs de formation pour les chômeurs sont l'Unedic et Pôle emploi, les régions et l'Etat. Le rapport annexé au budget 2013 souligne que 1% seulement des 13 milliards d'euros versés par les entreprises et en partie gérés par les partenaires sociaux sont consacrés aux demandeurs d'emploi.

Or c'est précisément sur l'utilisation de ces 13 milliards d'euros que va en partie porter la négociation entre syndicats et patronat, dont Jacques Attali n'attend pas grand-chose.

"Les partenaires sociaux entre eux, ça sera une négociation de connivence entre deux parties qui n'ont aucune raison d'ouvrir leur bourse à d'autres", prédit Jacques Attali.

"J'attends plus du projet de loi gouvernemental qui suivra", ajoute l'économiste, selon qui il sera sans doute nécessaire de compléter un éventuel accord conclu par les partenaires sociaux.

UN CONTRAT POUR SE FORMER

Jacques Attali déplore que les intérêts des chômeurs ne soient pas suffisamment pris en compte.

"A partir du moment où quelqu'un n'est plus dans le marché du travail, il n'y a plus personne pour prendre en charge ses intérêts. Les chômeurs ne sont pas syndiqués et les entreprises considèrent que ce n'est plus leur problème", explique-t-il.

"C'est pour ça que le chômage se développe. C'est ça qui doit changer absolument", ajoute-t-il.

Pour lui, le périmètre des négociations qui s'ouvrent mardi n'embrasse pas assez d'acteurs. Il souhaiterait remettre l'Etat "dans la boucle".

"Par exemple, il y a sept milliards sur les 32 qui vont sur la fonction publique. Je pense qu'une partie des milliards à dégager pour la formation des demandeurs d'emploi doivent aussi venir de la fonction publique", explique l'économiste.

Jacques Attali juge d'autre part insuffisant le compte personnel de formation créé par la loi sur la sécurisation de l'emploi de juin 2013, dont les modalités de mise en oeuvre seront au coeur de la négociation entre les partenaires sociaux.

"Ce n'est pas un contrat. Ce qu'il faut, c'est un contrat de travail qui considère que se former est une activité socialement utile méritant salaire", explique-t-il.

La "Commission pour la libération de la croissance française", à la tête de laquelle Nicolas Sarkozy avait placé Jacques Attali au début du précédent quinquennat, avait proposé la création d'un tel "contrat d'évolution".

"Nous avions calculé que si on gérait plus efficacement les 32 milliards, on pouvait créer immédiatement 500.000 emplois en en consacrant une part plus significative aux chômeurs", dit-il.

Pour lui, la refonte de la formation professionnelle doit aussi s'attaquer aux problèmes souvent dénoncés de gouvernance du système et de compétence des organismes formateurs.

Il souhaite enfin la création de "filières" entre les demandeurs d'emploi et les métiers à pourvoir et regrette "l'absence des universités dans la boucle".

"Je trouve que telle qu'elle se prépare, la négociation est trop technique et pas assez politique", conclut-il.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.