1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

«J'ai rendu mon billet pour l'espace»

Le Parisien15/04/2018 à 07:52

«J'ai rendu mon billet pour l'espace»

Il est hasardeux devenir un touriste spatial ! Dominique Teyssier rêvait d'être l'un des premiers Français à aller visiter les étoiles. « J'ai abandonné. J'en avais assez d'attendre, je me suis fait rembourser mon billet » explique ce chef d'entreprise toulousain. C'est en 2008 que ce professionnel de l'aéronautique avait cédé, à 48 ans, aux sirènes de Richard Branson, prêt à se lancer dans l'aventure, avec sa société Virgin Galactic et son avion fusée Space Ship. A l'époque, le milliardaire Britannique laisse entendre que le premier vol aura lieu dès l'année suivante. Brad Pitt, Katy Perry, Leonardo Di Caprio, Kate Winslet et Paris Hilton, ont déjà pris leur ticket. Malgré le prix du billet -- 200 000 $ (environ 162 000 €)- Dominique Teyssier n'hésite pas. Il s'inscrit lui aussi. L'affluence est telle qu'il se voit attribuer un ordre de passage entre le 201e et le 500e candidat au départ. Qu'importe, pour partir au plus vite, il décide de s'entraîner dur : sauts en parachute, chute libre... Il y croit. Las ! Dix ans après, un vol à bord de Space Ship coûte maintenant 250 000 $, mais elle n'a toujours emmené aucun passager admirer de là-haut la courbure de la terre. Du plomb dans l'aileC'est que la navette est toujours en phase d'essais : elle vient tout juste d'effectuer son premier vol supersonique à une altitude de 25 km. Et pour Dominique Teyssier, ce n'est pas demain la veille qu'elle embarquera un amateur du ciel étoilé, VIP ou pas : « depuis le crash en octobre 2014 et la mort de son pilote, le projet Virgin Galactic a pris 10 à 15 ans de retard. Plus personne ne veut prendre le moindre risque : du coup, le processus de certification technique des vols a été durci » explique ce spécialiste de l'aéronautique. C'est à l'âge de 8 ans, en voyant le film « le jour où la terre s'arrêta » de Robert Wise, dans le petit village d'Ardèche où son père était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer