1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Italie : Toni Iwobi, premier sénateur noir... d'un parti xénophobe

Le Point09/03/2018 à 17:50

Toni Iwobi, 62 ans, ne voit nulle trace de racisme dans son parti, la Ligue.

En Italie, les urnes ont apporté une bonne et une mauvaise nouvelle aux militants antiracistes. La bonne nouvelle est l'élection du premier sénateur noir de l'histoire de la République italienne. La mauvaise: Toni Iwobi est un membre de la Ligue, parti qui multiplie les déclarations racistes.

Né au Nigeria il y 62 ans dans une fratrie de dix garçons, dont six vivent aujourd'hui hors de leur pays d'origine, Toni Iwobi est arrivé en Italie, près de Bergame, en 1976, à 20 ans, avec un visa d'étudiant. Études, petits boulots, coup de foudre pour une jeune Bergamasque qui deviendra son épouse, emploi fixe puis création de sa propre entreprise d'informatique qui emploie aujourd'hui 12 salariés : son parcours est un modèle d'intégration. En 1996, il devient « leguiste ».

Dérive

La Ligue du Nord d'alors n'est pas celle d'aujourd'hui. Son combat est l'autonomie du Nord et Umberto Bossi garde ses distances avec ceux qu'il nomme « les fascistes ». La dérive commence dans les années 2000 avec les croisades anti-islam du député européen Mario Borghezio, qui déversera de l'urine de porc sur un terrain devant accueillir une mosquée. Le maire de Trévise, Giancarlo Gentilini, suggère d'"habiller les immigrés en lapins pour que les chasseurs puissent s'entraîner » et le vice-président du Sénat, Roberto Calderoli, compare la ministre Cécile Kyenge, d'origine congolaise, à un orang-outan.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer