Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Italie-Renzi présente son budget, Bruxelles en embuscade

Reuters16/10/2014 à 01:07

* Le gouvernement italien approuve le projet de budget 2015 * Renzi promet 18 milliards d'euros de baisses d'impôts * Bruxelles demande à Rome de réduire davantage son déficit (Actualisé avec approbation du budget) par Gavin Jones ROME, 15 octobre (Reuters) - Le gouvernement italien a approuvé mercredi soir un projet de budget 2015 prévoyant 18 milliards d'euros d'allègements fiscaux qui ne devraient pas être du goût de la Commission européenne, cette dernière estimant que Rome doit faire davantage pour réduire sa dette. Le projet de loi de Finances du président du Conseil Matteo Renzi, confronté à une économie en berne, ne prévoit qu'une réduction marginale du déficit tout en augmentant les nouveaux emprunts pour favoriser la croissance. Ce budget, qui propose, selon l'ancien maire de Florence, "la plus forte réduction d'impôt jamais tentée" dans le pays, a été transmis immédiatement à la Commission européenne pour respecter le délai fixé au 15 octobre. Matteo Renzi a déclaré qu'il pensait que Bruxelles pouvait accepter le texte, en prenant en compte des circonstances économiques exceptionnelles et le fait que l'Italie a entrepris des réformes structurelles. L'Italie est "disposée à réfléchir et à discuter avec la Commission européenne de la question de l'ajustement structurel", a déclaré le chef du gouvernement italien. Sur les 18 milliards de réductions d'impôts prévues, Matteo Renzi a déclaré qu'une dizaine de milliards d'euros proviendraient du maintien d'une mesure de réduction d'impôt bénéficiant aux bas revenus, mise en place en avril, et 6,5 milliards de la réduction de l'"impôt régional sur les activités productives" (IRAP). Le gouvernement prévoit aussi un milliard d'euros d'incitations fiscales pour les entreprises qui embauchent de nouveaux salariés à durée indéterminée. "La différence entre le budget 2014 et celui de 2015, c'est 18 milliards d'euros d'impôts en moins", a-t-il tweeté mercredi. La Commission a demandé à Rome de réduire davantage son déficit pour faire face au fardeau de la dette qui a augmenté de façon continue jusqu'à représenter plus de 130% du produit intérieur brut (PIB), le ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce, a-t-on appris auprès de sources de l'Union européenne (UE). Matteo Renzi attribue la hausse de la dette à la faiblesse persistante de l'économie et estime que la rigueur budgétaire l'aggrave à elle seule. L'Italie table sur une baisse de 0,3% de son PIB cette année, qui constituerait la troisième année consécutive de contraction, avant une croissance modeste de 0,6% en 2015. Ces questions ont suscité un vaste débat sur l'avenir des règles budgétaires en vigueur dans la zone euro. La France et l'Italie réclament plus de marge de manoeuvre pour permettre d'augmenter les dépenses, tandis que l'Allemagne insiste sur la nécessité d'une discipline budgétaire stricte. La Commission est dans l'entre-deux. Des sources de l'UE ont déclaré à Reuters que les projets de budget français et italiens d'être rejetés par Bruxelles. La position de la France est jugée plus inconfortable que celle de l'Italie car, si sa dette publique est inférieure, son déficit budgétaire dépasse la limite de 3% du PIB fixée par l'UE, contrairement à celui de l'Italie (2,8% en 2013). DÉFICIT PUBLIC À 3,8% DU PIB AU 1ER SEMESTRE Les données officielles publiées mercredi ont souligné le peu de marge de manoeuvre dont dispose le chef du gouvernement italien. L'Institut national de la statistique (Istat) a annoncé que le déficit public avait atteint 3,8% du PIB au premier semestre ID:nL6N0SA30Z . Matteo Renzi n'a pas clairement précisé comment seraient financés ces allègements fiscaux. Il a récemment rejeté une série de propositions formulées par le commissaire à la réduction des dépenses publiques Carlo Cottarelli, qui a ensuite annoncé sa démission. En septembre, le président du Conseil avait annoncé que le budget comprendrait une baisse des dépenses à hauteur de 20 milliards d'euros avant d'en limiter lundi le montant à 16 milliards. Des médias italiens ont rapporté mercredi que la baisse des dépenses publiques ne dépasserait pas 13 milliards d'euros. Le conflit avec Bruxelles tourne autour du déficit "structurel" de l'Italie, c'est-à-dire ajusté des facteurs exceptionnels et du cycle conjoncturel, que l'Italie propose de réduire de seulement 0,1% du PIB. La Commission réclame une correction d'"au moins 0,7%", a déclaré mardi une source au sein de l'Union européenne. ID:nL6N0S951Y En l'absence de compromis de part et d'autre, il est probable qu'une longue période de négociations va s'ouvrir entre Matteo Renzi, la Commission et les dirigeants des autres pays membres de la zone euro avant que l'organe exécutif de l'UE ne livre son verdict. (avec Steve Scherer et Isla Binnie, Mathilde Gardin et Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.