Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Italie-Matteo Renzi évoque 18 mds de baisses d'impôts en 2015

Reuters13/10/2014 à 23:33

(Actualisé avec des précisions) par Roberto Landucci et Francesco Guarascio ROME, 13 octobre (Reuters) - Le président du Conseil italien Matteo Renzi a déclaré lundi vouloir inscrire dans le budget 2015 des allègements d'impôts et de taxes d'un montant global de 18 milliards d'euros pour favoriser la croissance, alors même que la Commission européenne se demande si elle va rejeter ce budget parce qu'il ne réduit pas l'endettement assez vite. "C'est la plus forte réduction d'impôt jamais tentée", a déclaré le chef du gouvernement italien, lors d'une réunion de la Confindustria, la principale organisation patronale du pays. Sur ce total, environ 10 milliards d'euros proviendraient de la prolongation d'une mesure de réduction d'impôt bénéficiant aux bas revenus, mise en place cette année, et 6,5 milliards de la réduction de l'"impôt régional sur les activités productives" (IRAP), a précisé Renzi. Le gouvernement prévoit aussi un milliard d'euros d'incitations fiscales pour les entreprises qui embauchent de nouveaux salariés à plein temps et 500 millions d'allègements pour les familles, a ajouté Matteo Renzi. Le projet de budget 2015, qui prévoit également en parallèle 16 milliards d'euros de réductions des dépenses, doit être définitivement approuvé par le gouvernement mercredi et transmis dans la foulée à la Commission européenne pour respecter le délai fixé au 15 octobre. La dette de l'Italie, retombée en récession pour la troisième fois depuis 2008, est la deuxième plus élevée de la zone euro, mesurée en pourcentage du PIB, dépassant 130% du Produit intérieur brut. Des sources de l'Union européenne ont dit à Reuters que la Commission européenne rejetterait sans doute le Programme de stabilité italien en l'état parce que le gouvernement avait décidé de repousser à 2017 le rééquilibrage de son budget structurel. Renzi a relevé le mois dernier l'objectif du rapport du déficit budgétaire au PIB de 2015 à 2,9% contre 1,8%, soit à la limite de ce qui est théoriquement tolérable pour l'UE. Le programme n'envisage qu'une diminution minime du déficit structurel l'an prochain, de 0,1% du PIB, alors que la Commission européenne réclame 0,5%. Rome pourrait cependant ajuster à la marge son projet de budget 2015 si l'Union européenne lui demandait de le corriger pour contenir son endettement, a déclaré le secrétaire d'Etat italien au Budget Enrico Zanetti ce même lundi. Il s'est refusé à confirmer ou à infirmer que l'Union européenne avait demandé à l'Italie de revoir sa copie mais il a dit à Reuters que "devoir discuter avec l'UE au plus de quelques points de pourcentage n'est pas une chose si terrible." "S'il devait y avoir des demandes de l'Union européenne, nous les discuterions, mais dans tous les cas il s'agit de demandes qui ne devraient pas bouleverser le cadre général du budget", a dit Zanetti en marge d'une conférence à Rome. Un responsable de la Banque d'Italie a déclaré lundi de son côté que l'Italie pourrait avoir raison de reporter d'un an son objectif budgétaire si les ressources ainsi dégagées étaient utilisées pour contribuer au soutien de la croissance. Dans une déclaration à la Commission parlementaire du Budget, le directeur général de la Banque d'Italie Luigi Signorini a estimé que le report de l'échéance entraînerait une augmentation à court terme de la dette du pays, déjà énorme. "Cela se justifie si les marges de manoeuvres sont effectivement utilisées pour relancer la croissance et renforcer le potentiel de développement de l'économie à moyen et mong termes", a-t-il dit. (Marc Angrand, Marc Joanny et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.