1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Italie: malgré une contagion ralentie, l'angoisse demeure
AFP26/03/2020 à 19:14

L'avenue, déserte, qui passe devant le Colisée à Rome, le 25 mars 2020 ( AFP / Filippo MONTEFORTE )

L'Italie s'accroche à un ralentissement relatif de la contagion de coronavirus mais l'angoisse demeure: le Nord redoute que les chiffres officiels sous-estiment le bilan réel, et le Sud s'effraie d'une "explosion" de la pandémie.

Selon le bilan publié jeudi soir, la pandémie a tué 8.200 personnes en Italie (avec 662 décès officiellement recensés dans la dernière journée), et le nombre total de cas positifs a encore crû de 8%, soit autant que les deux jours précédents. 

Des chiffres qui, selon beaucoup, ne dévoilent qu'une partie de la réalité. Près de Bergame (Nord), ville italienne la plus durement touchée, la commune de Nembro, qui compte près de 12.000 habitants, "a officiellement enregistré 31 décès attribués au Covid-19", expliquent dans le quotidien Corriere della Sera, Luca Foresti, un responsable médical local, et Claudio Cancelli, le maire.

"Le nombre de décès dans des conditions normales aurait dû être environ 35, or cette année nous en avons enregistré 158, c'est-à-dire 123 de plus que la moyenne et non 31", ajoutent les deux hommes. Ils relèvent la même anomalie dans d'autres petites communes, avec un nombre de décès "anormaux" de 6,1 fois supérieur à celui officiellement attribué au Covid-19.

Le maire de Brescia, une autre ville du Nord durement touchée, a aussi estimé que "les contaminations sont beaucoup plus nombreuses que ce que l'on dit". "Le nombre de morts aussi est plus important car il y a beaucoup de malades chez eux et on ne sait pas comment ils vont", avait déclaré Emilio Del Bono.

- Inquiétude dans le Sud -

Des camions de l'armée italienne transportent des cercueils à travers la ville de Bergame, depuis le cimetière de la ville jusqu'à des crematoriums d'autres villes italiennes, le 26 mars 2020 ( AFP / Miguel MEDINA )

Au cimetière municipal de Bergame, des camions militaires ont été réquisitionnés jeudi pour emporter les cercueils vers d'autres régions, a constaté un photographe de l'AFP. Frappée de plein fouet, cette ville n'a pas de capacité d'incinération suffisante.  

La péninsule reste le pays le plus cruellement frappé. Des chiffres officiels qui comprennent les décès dans les hôpitaux et une partie de ceux des maisons de retraite, selon la protection civile.

Roberto Burioni, un virologue très connu en Italie, a lui aussi estimé que le nombre de personnes contaminées "n'est vraiment pas fiable" car il ne prend pas en compte les cas asymptomatiques.  

Nombre de décès quotidiens en Italie, depuis le 1er mars, jusqu'au 25 ( AFP / )

Un avertissement que le gouverneur de la région de Naples, la Campanie, reprend à son compte. La crise du Covid-19 "va exploser de manière dramatique" dans sa région qui "va vivre dans les dix prochains jours un véritable enfer", a assuré Vincenzo De Luca. En Campanie, le nombre de morts est passé de 29 à 83 en quatre jours.

Dans le Sud, le système hospitalier est beaucoup plus fragile que dans la région de Milan, épicentre de la pandémie en Italie. En Sicile, jusqu'à présent relativement épargnée, la presse a fait état de 69 cas parmi les résidents et le personnel d'une maison de retraite, du village de Villafrati. 

- Coiffeur clandestin -

Des employés des pompes-funèbres apportent des cercueils dans l'église de San Giuseppe à Seriate, près de Bergame, le 26 mars 2020 ( AFP / Piero CRUCIATTI )

Beaucoup s'inquiètent également de la pénurie de tests. "On ne fait pas moins de tests. On fait ceux qui sont jugés nécessaires. Il y a une politique qui est de faire la recherche sur les gens qui ont des symptômes et sur ceux avec qui ils ont eu des contacts étroits", a expliqué un responsable de la Protection civile, Agostino Miozzo. 

Après plus de deux semaines de confinement et de ralentissement considérable de l'activité, les conséquences sur la troisième économie d'Europe promettent d'être considérables. 

Le père Don Kresimir Busic prie avec une paroissienne à Manta, dans le Piedmont, dans le nord de l'Italie, dans le cadre d'une procession religieuse pour bénir les maisons contre le coronavirus, le 25 mars 2020 ( AFP / MARCO BERTORELLO )

L'association professionnelle du tourisme et du commerce, Confturismo-Confcommercio, évoque "l'hypothèse d'une réouverture du pays seulement début octobre", avec "une baisse du PIB d'environ 3%". Le "think tank" londonien The Economist Unit évoque même une récession de 7%, dans une note parue jeudi. 

Les Italiens vivent leur troisième semaine en confinement dans une atmosphère parfois étrange. Dans les Pouilles, le maire de Monteleone, où aucun des mille habitants n'aurait été contaminé, a bloqué les accès au village par des bottes de foin, rapporte l'Agence Ansa.  

La plupart des 60 millions d'Italiens semblent accepter les restrictions à leurs libertés. Mais à Rimini (Nord-Est), une femme a été verbalisée pour avoir créé un groupe WhatsApp signalant les contrôles. La police a aussi découvert un salon de coiffure clandestin à Naples (Sud) et une salle de billard à Cagliari en Sardaigne, rapportent les médias.

ljm/ng/sd/mm 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer