Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Italie: Giuseppe Conte à la manoeuvre pour sauver son gouvernement
AFP14/01/2021 à 18:10

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte lors de sa conférence de presse sur le bilan de l'année, le 30 décembre 2020 à Rome ( POOL / Andrew MEDICHINI )

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte lors de sa conférence de presse sur le bilan de l'année, le 30 décembre 2020 à Rome ( POOL / Andrew MEDICHINI )

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte était à la manœuvre jeudi pour tenter de sauver son gouvernement, privé de majorité au Parlement au lendemain de la décision de Matteo Renzi de retirer son parti de la coalition au pouvoir.

M. Conte s'est rendu dans l'après-midi au palais du Quirinal pour s'entretenir avec le président de la République Sergio Mattarella, figure très respectée en Italie et arbitre en cas de crise gouvernementale. Selon un communiqué de la présidence publié à l'issue de cette rencontre, le Premier ministre a "exprimé sa volonté de présenter devant le parlement les clarifications politiques nécessaires".

Dans la matinée, sénateurs et députés avaient d'ailleurs suspendu leurs travaux et demandé à M. Conte de venir s'expliquer au Parlement sur la manière dont il entend sortir de cette crise politique. Le chef du gouvernement devra de toute manière tôt ou tard s'assurer qu'une majorité est encore prête à soutenir l'exécutif après le lâchage d'Italia Viva (IV), le parti de M. Renzi.

Ce départ lui fait théoriquement perdre la majorité au Sénat, mais selon les médias italiens un certain nombre de sénateurs seraient prêts à rallier le gouvernement actuel, alors que le pays affronte la pandémie qui a déjà fait plus de 80.000 morts, doublée d'une crise économique marquée par la plus grave récession depuis l'après-guerre.

Matteo Renzi lors d'une conférence de presse à Rome, le 13 janvier 2021, en compagnie de la ministre de l'Agriculture démissionnaire Teresa Bellanova ( POOL / Alberto PIZZOLI )

Matteo Renzi lors d'une conférence de presse à Rome, le 13 janvier 2021, en compagnie de la ministre de l'Agriculture démissionnaire Teresa Bellanova ( POOL / Alberto PIZZOLI )

Ce serait d'ailleurs la piste privilégiée par le Parti démocrate (PD, centre gauche), poids lourd de la coalition avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S). Le ministre de l'Economie Roberto Gualtieri, membre du PD qui est aussi l'ancienne formation de M. Renzi, a estimé jeudi que "l'ouverture d'une crise gouvernementale en pleine pandémie (...) est un acte d'irresponsabilité sans précédent".

Le ministre aura d'ailleurs la tâche délicate d'expliquer la crise italienne à ses interlocuteurs européens lundi lors d'une sommet de l'Eurogroupe. Selon une source européenne à Bruxelles, "la vie dans les sociétés démocratiques est compliquée et en Italie encore plus que dans d'autres pays (...) Je me rassure avec le fait que qu'à la fin l'Italie semble toujours réussir à trouver des solutions à ces problèmes".

- Prendre son temps? -

"D'après ce que je comprends la situation n'est pas aussi dramatique qu'elle n'en a l'air", a conclu ce responsable à propos de la crise en cours dans la troisième économie de la zone euro.

Selon Il Corriere della Sera, l'un des principaux journaux italiens, l'idée de M. Conte serait d'abord de "prendre son temps pour le bien de l'Italie" et de faire adopter les principales mesures de soutien à l'économie avant de présenter formellement sa démission au président de la République, qui pourrait aussitôt lui donner un mandat pour former un nouveau gouvernement.

M. Conte "veut prendre son temps, en mettant la crise entre parenthèse pendant quelques jours, peut-être jusqu'au 20 janvier, de manière à assurer le vote" et l'adoption de plusieurs mesures économiques importantes, estime aussi La Repubblica, le grand quotidien proche de la gauche.

La ministre de la Famille démissionnaire Elena Bonetti, lors d'une conférence de presse avec Matteo Renzi, le 13 janvier 2021 à Rome ( POOL / Alberto PIZZOLI )

La ministre de la Famille démissionnaire Elena Bonetti, lors d'une conférence de presse avec Matteo Renzi, le 13 janvier 2021 à Rome ( POOL / Alberto PIZZOLI )

Plusieurs options sont désormais sur la table face à M. Conte. Un nouveau gouvernement Conte, avec la même majorité composée principalement du M5S et du PD avec le soutien d'Italia Viva, reste théoriquement possible mais très improbable après la vigueur des attaques de Matteo Renzi.

Autre issue possible, celle privilégiée par le PD: un gouvernement Conte avec une majorité différente incluant quelques élus indépendants ou de l'opposition qui permettraient de compenser le départ des troupes de Renzi.

Il reste enfin le scénario excluant M. Conte, l'actuelle majorité choisissant un nouveau président du Conseil, ou encore celui d'élections anticipées, réclamées par l'extrême droite de Matteo Salvini, même si l'organisation d'un scrutin reste le choix le moins probable en pleine pandémie.

Jeudi soir, l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi, président de Forza Italia (droite), doit s'entretenir par téléphone avec Matteo Salvini pour faire le point et se mettre d'accord sur une stratégie commune. Silvio Berlusconi, 84 ans, est actuellement hospitalisé à Monaco pour des problèmes d'arythmie cardiaque.

ljm/glr/gab/fio

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer