1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Italie-Des statues couvertes pour la visite du président iranien
Reuters26/01/2016 à 20:26

    ROME, 26 janvier (Reuters) - Le président du Conseil italien 
Matteo Renzi a été vivement critiqué mardi pour avoir fait 
couvrir des statues antiques des musées du Capitole, à Rome, 
afin de ne pas choquer le président iranien Hassan Rohani en 
visite en Italie. 
    L'Italie et la République islamique doivent signer des 
contrats représentant 17 milliards d'euros durant cette visite 
de deux jours du président iranien qui a débuté lundi. 
    Pour les dirigeants de l'opposition italienne, Matteo Renzi 
est allé bien trop loin pour plaire à son invité et a signé la 
"reddition" des valeurs culturelles du pays en voilant des 
statues de femmes. 
    "Respecter les autres cultures, cela ne veut pas dire renier 
la nôtre", a déclaré Luca Squeri, député du parti de droite 
Forza Italia. "Ce n'est plus du respect, c'est la négation des 
différences, une sorte de capitulation", a-t-il ajouté. 
    Pour Barbara Saltamartini, députée de la Ligue du Nord, 
couvrir les statues est "un acte de soumission", et le dirigeant 
de son parti, Matteo Salvini, a parlé de "folie". 
    Gianluca Peciola, du parti Gauche, Ecologie et Liberté, a 
demandé au chef du gouvernement de s'expliquer sur "cette 
décision honteuse qui porte atteinte à l'art et à la culture 
comme valeurs universelles". 
    Lors d'un dîner officiel lundi soir, et à la demande des 
Iraniens, le vin ne figurait pas au menu. 
    L'an dernier, Matteo Renzi avait essuyé les mêmes critiques 
lorsqu'il avait fait couvrir des tableaux de nus à la mairie de 
Florence lors d'une visite du prince héritier des Emirats arabes 
unis. 
 
 (Gavin Jones; Guy Kerivel pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer