1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Istanbul, les enjeux derrière une élection capitale
Le Point22/06/2019 à 15:38

« Nouveau sondage : 99 % des électeurs veulent que tout ça se termine. » Sur Twitter, la pointe d'ironie de ce journaliste résume bien l'état d'esprit des millions de Stambouliotes qui doivent revoter dimanche pour l'élection municipale : la lassitude. Car c'est la 2e élection de l'année. La septième en cinq ans. Cela fait désormais six mois que les stands électoraux tentent de convaincre les indécis à Istanbul alors qu'à certains carrefours, les concurrents se font même face, rivalisant de sons poussés à plein volume, dans une cacophonie totale.Alors qu'à la surprise générale, l'élection municipale d'Istanbul du 31 mars a été remportée d'une courte tête (13 000 voix) par le candidat de l'opposition, Ekrem Imamoglu (CHP, parti républicain du peuple), elle a ensuite été annulée à peine trois semaines plus tard, le 6 mai dernier. Et la campagne est repartie de plus belle. Dire qu'elle a été tendue est un euphémisme. Invectives, accusations de tricherie, agressions de journalistes, suspensions de comptes Twitter, revirements surprises, autant de drames qui ont ponctué la campagne. « Cette campagne s'est déroulée dans une atmosphère très chargée », admet Asli Aydinbatas, spécialiste de la Turquie au Conseil européen des relations internationales. C'est aussi une façon de ne pas parler d'économie, qui est un point faible pour Erdogan. »Primordiale IstanbulEt alors que durant les mois de février et mars, Erdogan...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer