1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Israël : Benjamin Netanyahu offensif malgré la menace d'une inculpation

Le Point14/02/2018 à 18:42

Selon Netanyahu, les policiers chargés de l'enquête auraient fait alliance avec les médias, la gauche et l'opposition pour faire tomber le gouvernement. (crédit : )

« Un Premier ministre enlisé jusqu'au cou dans les enquêtes policières ne peut pas prendre de décisions cruciales pour le pays? » C'est en ces termes que Benjamin Netanyahu avait exigé, en 2008, la démission d'Ehud Olmert, alors chef du gouvernement et soupçonné de corruption. Aujourd'hui, alors que la police vient de recommander sa mise en examen, lui aussi pour corruption, les chefs de l'opposition ne manquent pas de lui rappeler son attitude de l'époque. Mais ils ne se font pas d'illusion. Netanyahu ne démissionnera pas.

Il l'a confirmé dans une allocution télévisée, peu après que la police a recommandé à la justice son inculpation pour corruption, fraude et abus de confiance. Un discours en forme de plaidoirie de la défense. Rappelant d'abord ses années au service de l'État et pour son pays ? sans oublier l'époque où il a combattu au sein d'un commando d'élite ?, il a ensuite attaqué point par point, sans vraiment les démentir, les divers éléments de l'enquête. Non, il n'est jamais intervenu pour favoriser les affaires du milliardaire Arnon Milchan, un ami. Les cadeaux reçus n'ont jamais atteint la somme d'un million de shekels (230 000 euros). Selon le rapport de police, il s'agit de bouteilles de champagne, de cigares, de bijoux pour sa femme, de vêtements, de voyages et d'hôtels de luxe pour son fils aîné Yaïr. Au contraire de ce qu'affirme la police, ce n'est pas lui, dit-il, qui a ?uvré pour tenter de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer