Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Israël aurait procédé à une frappe aérienne en Syrie

Reuters04/05/2013 à 17:49

ISRAËL AURAIT MENÉ UNE FRAPPE AÉRIENNE EN SYRIE

WASHINGTON/JERUSALEM (Reuters) - L'aviation israélienne a mené cette semaine une frappe aérienne en Syrie sur un convoi transportant des missiles que Damas comptait livrer à ses alliés du Hezbollah libanais, a confirmé samedi un responsable israélien sous le couvert de l'anonymat.

Les autorités israéliennes ont refusé de confirmer l'information, dévoilée dans un premier temps par la chaîne américaine CNN. Mais l'Etat hébreu avait déjà annoncé qu'il était prêt à recourir à la force pour empêcher que des armes de destruction massive ne tombent entre les mains d'insurgés djihadistes ou de leurs alliés du Hezbollah au Liban.

Israël redoute qu'en cas de renversement de Bachar al Assad, les combattants islamistes ne retournent leurs armes contre le territoire hébreu, en particulier sur les hauteurs du plateau du Golan syrien, capturé par Israël en 1967.

L'Etat hébreu, qui a mené en 2006 une guerre éclair contre le Hezbollah, allié de son ennemi juré iranien, considère par ailleurs toujours le mouvement chiite comme une menace pour sa sécurité.

D'après CNN, les Etats-Unis disposent d'informations démontrant que des chasseurs de l'aviation israélienne ont survolé le Liban "dans la fenêtre" où aurait eu lieu le bombardement.

Une source régionale au sein des services de sécurité avait également précisé à Reuters que la frappe israélienne n'avait pas pris pour cible un site syrien abritant des armes chimiques.

Selon cette même source, la frappe s'est produite aux premières heures de la journée de vendredi après avoir été approuvée par les services de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion secrète dans la nuit de jeudi.

L'ARSENAL CHIMIQUE SOUS CONTRÔLE

Kassim Saadedine, l'un des commandants et porte-parole de l'Armée syrienne libre (ASL, rebelle), a confirmé l'existence d'une frappe. "Selon nos informations, il y a eu une frappe israélienne sur un convoi qui transférait des missiles au Hezbollah. Nous n'avons pas encore déterminé la localisation exacte."

Des sources au sein du gouvernement syrien ont de leur côté démenti posséder des informations sur l'existence d'une frappe. L'ambassadeur syrien aux Nations unies, Bachar Jaafari, a déclaré à Reuters : "Je ne suis au courant d'aucune attaque".

Un responsable américain, s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, avait précisé à Reuters vendredi que l'attaque aérienne visait un bâtiment.

Cette frappe aérienne se serait produite "entre jeudi et vendredi", selon deux sources américaines citées par CNN, mais aucun appareil israélien n'aurait pénétré dans l'espace aérien syrien.

Amos Gilad, expert au ministère israélien de la Défense, s'est voulu rassurant au sujet de l'arsenal chimique. Il a précisé à Reuters que les forces de Bachar al Assad contrôlaient toujours leurs stocks d'armes chimiques en Syrie et qu'elles ne cherchaient pas à les transmettre à leurs alliés du Hezbollah.

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Adnan Mansour, a émis quant à lui des critiques. "De telles attaques ne conduiront qu'à accroître la tension et provoqueront l'explosion d'une situation qu'elles ont encouragée", a-t-il déclaré. "Cela n'apportera pas la paix ou la sécurité souhaitées par Israël, mais cela poussera plutôt la région dans une bataille enflammée et dans l'inconnu."

VERSIONS DIVERGENTES

"Je ne m'attends pas à de graves répercussions au Liban ou en Syrie", a commenté Giora Eilan, ancien général israélien et conseiller à la sécurité. "Israël semble s'être comporté de manière judicieuse."

Sur le papier, Israël et la Syrie sont toujours en état de guerre depuis la chute du Golan lors de la guerre des Six Jours en 1967.

L'armée israélienne possède des bombes "perçantes" capables d'effectuer une douzaine de kilomètres sous terre pour atteindre leur cible. Cela pourrait en théorie permettre à Israël d'attaquer la Syrie depuis son propre territoire ou du Liban voisin.

Les autorités libanaises ont signalé une activité inhabituellement importante de l'armée de l'air israélienne au-dessus de leur territoire jeudi et vendredi.

Selon une source au sein des services de sécurité libanais, la première évaluation de cette activité était que l'Etat hébreu tentait de vérifier qu'aucun chargement d'armes n'était en cours entre la Syrie et le Liban.

"Nous pensons que cela était lié à l'inquiétude d'Israël concernant les transferts d'armes, principalement d'armes chimiques, entre la Syrie et ses alliés (du Hezbollah) au Liban", a dit ce responsable.

Côté rebelle, les versions des événements divergent. Selon un insurgé membre d'une unité chargée de la collecte du renseignement à Damas, le convoi visé transportait des missiles anti-aériens.

"Trois frappes aériennes de F16 israéliens ont endommagé un convoi qui transportait des missiles anti-aériens destinés au parti libanais chiite (du Hezbollah) sur la route militaire de Damas à Beyrouth", a-t-il déclaré anonymement.

"Une frappe a touché un site proche de la Quatrième division blindée (syrienne) à Al Saboura, mais nous n'avons pas pu déterminer ce qu'il y avait à cet endroit", a-t-il ajouté.

Kassim Saadedine estime pour sa part qu'il ne s'agissait pas de missiles anti-aériens. "Nous n'avons encore rien de confirmé mais nous pensons qu'il s'agit d'un type de missile de longue portée capable de transporter des matériaux chimiques", a-t-il déclaré.

En janvier, selon des diplomates, des responsables de la sécurité et des rebelles syriens, Israël a bombardé en Syrie, sans doute un convoi d'armes destinées au Hezbollah, même si le régime de Damas a affirmé que l'aviation israélienne avait bombardé un site militaire.

Erika Solomon à Beyrouth; Henri-Pierre André, Pierre Sérisier et Hélène Duvigneau pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.