1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Irak: L'ONU accuse l'Etat islamique de «nettoyage ethnique»
Le Parisien26/08/2014 à 02:58

Irak: L'ONU accuse l'Etat islamique de «nettoyage ethnique»

L'ONU accuse de «nettoyage ethnique et religieux» le groupe ultra-radical de l'Etat islamique (EI) actif en Irak et également en Syrie, où les autorités se sont déclarées prêtes à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre «le terrorisme». Sur le terrain,l'EI a enregistré une importante victoire en Syrie en s'emparant, dimanche, d'un aéroport militaire du nord, mais a perdu du terrain côté irakien même s'il contrôle de larges pans de territoires.

«De graves et horribles violations des droits de l'Homme sont commises chaque jour par l'Etat islamique (...) et des groupes armés associés», a dénoncé la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay. Ils «mènent impitoyablement un nettoyage ethnique et religieux dans les régions sous leur contrôle» en Irak, visant notamment les chrétiens, les Yazidis, les Shabaks et les Turcomans, a-t-elle ajouté.

«De telles persécutions pourraient constituer des crimes contre l'humanité», a souligné Mme Pillay, qui a appelé la communauté internationale à ne pas les laisser «impunis». Alors le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari a demandé l'aide des capitales étrangères face à l'offensive de l'EI, le régime de Damas s'est déclaré, de son côté, lundi «prêt à une coopération et à une coordination» avec la communauté internationale pour lutter «contre le terrorisme dans le cadre de la résolution 2170 du Conseil de sécurité de l'ONU». Cette résolution vise à empêcher le recrutement et le financement des jihadistes en Syrie et en Irak.

Mais Bachar al-Assad pose ses conditions. Pour le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, toute frappe américaine contre les jihadistes en Syrie «devra être coordonnée avec Damas, car sinon il s'agirait d'une agression».Washington, qui a mené depuis le 8 août plus de 90 frappes contre l'EI dans le nord de l'Irak, a durci ces derniers jours le ton, affirmant sa détermination à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer