1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Intervention en Irak : «Notre sécurité nationale est en jeu», prévient Valls
Le Parisien24/09/2014 à 21:55

Intervention en Irak : «Notre sécurité nationale est en jeu», prévient Valls

Pas question de céder à la peur. C'est en substance le message qu'a adressé le Premier ministre ce mercredi après-midi lors du débat sans vote portant sur l'intervention militaire en Irak. « Nous resterons impliqués, le temps nécessaire, jusqu'à ce que l'armée irakienne ait retrouvé la supériorité», a dit le Premier ministre Manuel Valls, qui a parlé d'un combat de «longue haleine.»  François Hollande, depuis New-York a près avoir dénoncé un «l'assassinat lâche et cruel d'Hervé Gruel» a confirmé que les frappes françaises en Irak contre l'EI se poursuivront

Son intervention s'est déroulée dans un contexte tendu. Car depuis que la France a décidé la semaine dernière d'organiser, aux côtés des Américains, des frappes aériennes contre l'Etat islamique, la menace terroriste s'est accentuée contre la France et ses ressortissants.

«Nous ne faillirons pas, nous ne tremblerons pas. Face à la menace, face au chantage, la France ne cède pas»  a promis Manuel Valls alors que le sort d'un randonneur français, Hervé Gourdel, enlevé dimanche en Algérie par un groupe jihadiste et décapité ce mercredi après-midi, était encore à ce moment-là incertain.

Ce débat a été aussi l'occasion pour le Premier ministre de faire la lumière sur l'incroyable loupé autour des trois jihadistes présumés. Manqués par les forces de l'ordre à leur arrivée sur le sol français mardi, ils se sont constitués prisonniers en fin de matinée. «Cette affaire ne s'est pas déroulée comme il aurait fallu», a-t-il reconnu.

Notre question du jour : redoutez-vous un attentat sur le sol français

>> Revivez les temps forts du débat à l'Assemblée nationale

16h30. Fin des allocutions. 

16h25. Fillon demande des éclaircissements. «Dans cet Orient en miettes, notre stratégie politique et militaire est-elle claire ? Si la France intervient, à juste titre, comment entend-elle garder son indépendance face à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • a.duboi1
    24 septembre20:17

    heureusement que l'Europe nous aide!

    Signaler un abus

  • mark92
    24 septembre20:15

    Il devrait commencer par prévenir son ministre de l'intérieur. Comment se moquer de la france ??

    Signaler un abus

  • 35924358
    24 septembre20:14

    Ce n'est que le début de la troisième guerre mondiale, celle de la religion.

    Signaler un abus

  • tropfort
    24 septembre19:30

    A quand la grève des affichages ostensibles de la part des soi-disants musulmans pacifiques français ? J'ai croisé un des bandits d'Aladin il y a trois heures... TOUTE religion est nuisible à l'homme et a généré ou génèrera des guerres atroces. La religion doit rester intime.

    Signaler un abus

  • knbskin
    24 septembre19:02

    Bourso a coupé les commentaires sur l'assassinat de l'otage ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer