1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Internet coupé jusqu'au 6 janvier en République démocratique du Congo
Reuters01/01/2019 à 12:46

INTERNET COUPÉ JUSQU'AU 6 JANVIER EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

KINSHASA (Reuters) - Les connexions internet ont été coupées dans l'ensemble de la République démocratique du Congo pour le deuxième jour consécutif et elles le resteront jusqu'au 6 janvier, ont annoncé mardi les autorités de Kinshasa.

L'opposition s'est dite convaincue lundi qu'un de ses deux candidats allait sortir vainqueur de l'élection présidentielle de dimanche, sur la base des premiers dépouillements, mais la coalition au pouvoir a elle aussi assuré que son candidat l'avait emporté.

Barnabé Kikaya bin Karubi, l'un des conseillers du président sortant Joseph Kabila, a expliqué que l'accès a internet a été coupé afin de préserver l'ordre public alors que des "résultats fictifs" ont selon lui commencé à circuler sur les réseaux sociaux.

"Cela pourrait nous conduire directement au chaos", a déclaré Barnabé Kikaya bin Karubi à Reuters, ajoutant que l'accès à internet sera impossible jusqu'au 6 janvier.

La fréquence de Radio France Internationale (RFI), l'une des sources d'information les plus prisées en RDC, a elle aussi été suspendue dans la capitale et son principal correspondant dans le pays a été privé de son accréditation après la diffusion de résultats officieux sur l'antenne de la radio francophone.

Ces mesures reflètent l'état de tension que traverse le pays qui attendait depuis deux ans de pouvoir choisir un successeur à Joseph Kabila qui ne pouvait pas se représenté.

L'opposition a dénoncé de nombreuses fraudes et elle accuse le pouvoir sortant de conspirer pour garantir la victoire de son candidat, l'ancien ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.

Le gouvernement réfute ces accusations et assure que le scrutin s'est déroulé de manière équitable.

(Stanis Bujakera et Fiston Mahamba, Nicolas Delame pour le service français)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    02 janvier05:31

    Pays complètement scandaleux qui fait travailler des gosses de 4ans dans les mines.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer