Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Intérêt "certain" de l'attaquant de Nice pour l'islam radical

Reuters18/07/2016 à 19:43

INTÉRÊT "CERTAIN" DE L'ASSAILLANT DE NICE POUR L'ISLAM RADICAL

PARIS (Reuters) - L'auteur de l'attaque meurtrière jeudi dernier à Nice avait un intérêt "certain" et, semble-t-il, "récent" pour l'islam radical, mais l'enquête n'a pas révélé à ce stade d'allégeance à l'Etat islamique, a déclaré lundi le procureur de Paris.

Le soir du 14 juillet, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, a foncé avec un camion sur la promenade des Anglais, à Nice, faisant 84 morts et plus de 300 blessés.

Le groupe Etat islamique (Daech) a revendiqué l'attaque samedi.

"Si aucun élément de l'enquête ne démontre à ce stade une allégeance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel à l'organisation terroriste, ni des liens avec des individus se réclamant de cette organisation, l'exploitation de son ordinateur (...) illustre un intérêt certain et, à ce stade des investigations, récent, pour la mouvance djihadiste radicale", a déclaré le procureur lors d'un point presse.

Des photos en lien avec l'islam radical, et une image de couvertures de Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique dont des journalistes ont été tués dans un attentat djihadiste en janvier 2015, ont notamment été retrouvées sur son ordinateur, a précisé François Molins.

"Des témoignages font état d'un individu très éloigné des considérations religieuses, ne pratiquant pas la religion musulmane, mangeant du porc, buvant de l'alcool, consommant de la drogue, et ayant une vie sexuelle débridée", a-t-il dit.

Mais depuis huit jours, le Tunisien, décrit comme "particulièrement violent" envers son ex-compagne et ses enfants, s'était laissé pousser la barbe, expliquant que "la signification de cette barbe était religieuse", selon un autre témoignage, a indiqué le procureur.

"Il avait aussi évoqué l'Etat islamique, indiquant qu'il ne comprenait pas pourquoi Daech ne pouvait pas prétendre à un territoire", a-t-il poursuivi.

François Molins a par ailleurs confirmé lundi le caractère "prémédité" de l'attaque, "pensée et préparée, au moins dans les jours précédant le passage à l'acte".

"TERRORISME DE PROXIMITÉ"

Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait notamment fait des "repérages" sur la promenade des Anglais, effectuant à deux reprises, les 12 et 13 juillet, le même parcours en camion à travers la ville.

L'exploitation de son ordinateur a également révélé des recherches quasi-quotidiennes, depuis début juillet, sur des sourates du Coran et des chants religieux, ainsi que plusieurs attentats récents, aux Etats-Unis et en France.

Le Tunisien aurait aussi cherché des informations sur les festivités sur la promenade des Anglais et des vidéos d'accidents mortels impliquant des véhicules.

"L'adhésion (aux) mots d'ordres (de l'Etat islamique), la radicalisation peut intervenir d'autant plus rapidement quand elle s'adresse à des personnalités perturbées ou à des individus fascinés par l'ultra-violence", a souligné lundi François Molins, évoquant un "terrorisme de proximité".

"En tout état de cause, c'est un acte qui est terroriste", a-t-il ajouté.

Quelque 21 magistrats du ministère de la Justice ont été mobilisés depuis jeudi sur l'attentat de Nice.

Six personnes soupçonnées d'avoir été en contact avec le Tunisien, ou d'avoir pu lui fournir une aide logistique, étaient toujours en garde à vue lundi. L'une d'entre elles "apparaît comme le destinataire d'un SMS envoyé par le terroriste dans les minutes précédant son passage à l'acte", a précisé François Molins. Dans ce message, envoyé à 22h27, Mohamed Lahouaiej Bouhlel mentionnait l'acquisition de pistolets.

Soixante-quatorze personnes étaient toujours hospitalisées lundi à la suite de l'attentat de Nice. Parmi elles, 28 étaient en réanimation, dont 19 au pronostic vital engagé, a fait savoir le procureur.

La vaste majorité des personnes tuées ont été identifiées -71 sur 84-, et 52 permis d'inhumer ont été délivrés. Les premiers corps ont été restitués à leurs familles lundi matin.

(Chine Labbé, avec pool, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.