1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Inondations en Ile-de-France : la décrue de la Seine, c'est pour quand ?

Le Parisien27/01/2018 à 12:41

Inondations en Ile-de-France : la décrue de la Seine, c'est pour quand ?

«Entre le 1er décembre et le 25 janvier, il est tombé 232,6 mm de pluie en moyenne sur le bassin de la Seine. C'est du jamais-vu depuis 1959.» Prévisionniste à Météo France, Steven Testelin est habitué à compiler les records météo. Mais en voir tomber un qui date de plus d'un demi-siècle n'est pas commun. Et cela explique pourquoi Paris sera ce week-end encore les pieds dans l'eau comme rarement. Depuis lundi, le niveau de la Seine a augmenté de 1,16 m !

Si le niveau du fleuve ne devrait finalement pas dépasser la barre symbolique des 6 m (très loin des 8,62 m enregistrés lors de la crue de 1910), le tronçon central de la ligne du RER C restera néanmoins fermé au moins jusqu'au 31 janvier et les ministères se préparent à un repli éventuel sur des sites de secours. Car qui dit pic des inondations ne dit pas forcément décrue immédiate. Loin de là. Comme si l'eau accumulée dans la Seine devait s'écouler au compte-gouttes dans un entonnoir, le niveau n'est pas près de baisser.

 

 

 

 

LIRE AUSSI > Inondations : 15 départements en vigilance orange, pic de crue ce week-end à Paris

Au pire moment

«La Seine est un fleuve qui réagit lentement et la vitesse de la décrue est souvent aussi longue que la montée, explique le directeur du Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations (Schapi), François Duquesne. Nous nous attendons à ce que Paris soit encore perturbé toute la semaine prochaine et les inondations pourraient même repartir si des pluies soutenues retombent car les sols sont déjà très humides.»

C'est que cette crue tombe en plein hiver. Donc au pire moment. «Lorsque des inondations surviennent au printemps, la décrue est plus rapide car les pluies ont tendance à s'évaporer plus vite du fait du soleil et la végétation, plus fournie, en absorbe une partie», détaille le spécialiste des crues. Au ministère de l'Environnement, le directeur de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer