1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

INFO LE POINT. Pourquoi Benalla détenait illégalement un port d'arme
Le Point24/07/2018 à 07:13

Emmanuel Macron protégé par Alexandre Benalla, lors d'un déplacement, le 18 juin 2017. (crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT)

C'est le principal point de friction entre le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, qui ont tous deux été auditionnés par la commission d'enquête parlementaire ce lundi. Questionné par les députés pour savoir comment Alexandre Benalla avait pu obtenir un port d'arme, le premier s'est défaussé sur le second. Le ministre de l'Intérieur a ainsi affirmé que son cabinet, comme celui de ses prédecesseurs, avait été sollicité par Alexandre Benalla, mais qu'une réponse négative lui avait été adressée, la dernière en juin 2017.

Lire également « Affaire Benalla : auditions, révélations... la folle journée du 23 juillet »

« Toutes ces demandes ont été refusées, car monsieur Benalla ne remplissait pas les conditions requises, l'exposition à des risques exceptionnels d'atteinte à sa vie, pour se voir délivrer une telle autorisation ministérielle », a dit le premier flic de France. Alexandre Benalla se serait alors tourné vers la préfecture de police de Paris, via un autre circuit : « Monsieur Benalla s'est vu délivrer une autorisation de port d'arme sur un autre fondement du Code de la sécurité intérieure, sans que mon cabinet n'en ait été avisé. Je l'ai découvert mercredi dernier », a précisé Gérard Collomb.

Benalla, coordonnateur...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer