1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Inflation : «La viande et le poisson sont devenus des produits de luxe»
Le Parisien26/08/2018 à 21:16

Inflation : «La viande et le poisson sont devenus des produits de luxe»

Fini les lourds chariots qui débordent. « Les gens ont moins d'argent, ils fonctionnent en flux tendu », décrypte Alban, en poussant le sien où deux malheureux sacs peinent à occuper dignement l'espace. Et pourtant, nous sommes ici dans un temple de la consommation : le Carrefour de Montesson (Yvelines), navire amiral du groupe en Île-de-France. Plus de 18 000 m² de surface commerciale, un chiffre d'affaires annuel supérieur à 200 millions d'euros.Affiches colorées, offres spéciales, stands éphémères, tout est fait pour attirer le chaland. Oui mais... Les prix ont pris de l'embonpoint. En juillet, selon l'Insee, le rythme de l'inflation s'est accéléré. Résultat : 2,3 % sur un an. « Seulement ?, s'étrangle Geneviève, une retraitée bon chic bon genre, permanente impeccable. Ça doit être comme les températures alors, il y a l'inflation réelle, et l'inflation ressentie. Parce que j'ai l'impression qu'à ce rythme, je ne vais plus pouvoir m'offrir que des conserves de petits pois... » Jean-Marc et Annick freinent désormais sur leurs vacances. /LP/Benoit Durand Derrière elle, des vacanciers tout juste rentrés chez eux sont venus remplir le frigo. Guillerets, Annick, 55 ans, et Jean-Marc, 61 ans, repartent avec des provisions et un barbecue flambant neuf, bien décidés à poursuivre les grillades estivales.Mais lorsqu'ils jettent un œil plus attentif à leur facturette, c'est pour faire la grimace : « Doucement mais sûrement, notre pouvoir d'achat est grignoté. Nous ne rognons pas sur l'alimentaire, mais nous avons d'ores et déjà adapté nos vacances ». La formule ? Moins loin, moins longtemps. « Avant, on louait 15 jours. Maintenant, juste une semaine », expliquent-ils. Cet été c'était au Tréport, en Normandie. / Virginie, 37 ans, et Laurent, 40 ans, habitent Sartrouville (Yvelines). Sur leur chariot, Gemma, 5 ans, et George, 18 mois, agitent des ballons. Avec leurs mines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer