Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Incendie de Moria: Berlin accueillera 1.500 réfugiés, Athènes annonce des arrestations
AFP15/09/2020 à 20:47

Une demandeuse d'asile prépare à manger près d'un nouveau camp de réfugiés provisoire à Lesbos (Grèce), le 15 septembre 2020 ( AFP / ANGELOS TZORTZINIS )

L'Allemagne va accueillir plus de 1.500 migrants venus des îles grecques, dont Lesbos où des milliers de demandeurs d'asile dorment sans abri près d'une semaine après la destruction du camp de Moria.

Le ministre grec de la Protection civile Michalis Chrysohoidis a annoncé que cinq migrants avaient été arrêtés dans l'enquête sur l'incendie de ce camp, qui accueillait 12.000 réfugiés dans des conditions insalubres, et qu'un sixième suspect identifié était en fuite.

En déplacement à Lesbos où il s'est dit "ému" par cette "situation dramatique" et "complexe", le président du Conseil européen Charles Michel a appelé l'Europe à "se mobiliser" et à "s'impliquer" pour "s'attaquer sérieusement au défi" des migrations. 

"Je refuse que l'UE baisse les yeux face à l'immigration" car "les frontières de la Grèce sont les frontières de l'Europe", a-t-il martelé.

Après "l'événement brutal" que constitue l'incendie de Moria, il a plaidé pour "une réponse juste, forte et efficace" de l'Union européenne, appelant à tisser "davantage de partenariats avec des pays tiers".

Jusqu'ici la réponse des Européens avait été des plus discrètes: 10 pays ont accepté de prendre en charge 400 mineurs non accompagnés, dont la France qui devrait en accueillir une centaine.

Mais l'Allemagne a "garanti que 1.553 membres de famille" reconnus comme réfugiés par les autorités grecques allaient "quitter les îles" de la mer Egée, selon les mots mardi du vice-chancelier allemand Olaf Scholz.

- Merkel déçue par l'Europe -

La chancelière Angela Merkel a estimé mardi soir que sa décision d'acueillir ces migrants était un "règlement gérable et justifiable" pour l'Allemagne.

Elle s'est dite en revanche déçue par l'absence de solution européenne concertée. Ce "n'est pas un signe de la capacité d'action et des valeurs de l'Europe", a-t-elle regretté, selon des participants à une réunion de son groupe parlementaire conservateur à Berlin.

A Lesbos, depuis l'incendie qui a ravagé le camp de Moria, érigé il y a 5 ans au pic de la crise migratoire, des milliers de demandeurs d'asile dorment sur les trottoirs, dans les champs ou des bâtiments abandonnés, avec peu de vivres et d'accès à l'eau sous une chaleur de plomb.

Sous une tente, où les 8 membres de sa famille vivent depuis l'incendie de Moria, Samira Ahmedi, 21 ans, arrivée il y a un an d'Afghanistan, a du mal à contenir ses larmes.

"S'il vous plaît", lance-t-elle aux pays européens, "ouvrez les portes. Nous sommes humains, nous ne sommes pas des animaux".

Des demandeurs d'asile dans un bâtiment abandonné sur l'île de Lesbos (Grèce), le 14 septembre 2020 ( AFP / ANGELOS TZORTZINIS )

A ses côtés, Simine, 22 ans, ne veut pas entrer dans le nouveau camp provisoire, érigé à la hâte par les autorités après l'incendie. "Il n'y a pas de nourriture, pas d'eau", explique-t-elle, "personne ne veut aller au nouveau camp".

Les conditions y sont déplorables "sans douche ni matelas", selon des témoignages recueillis par l'AFP.

"L'entrée des demandeurs d'asile dans le nouveau camp n'est pas négociable", a pourtant déclaré le ministre de la Protection civile aux médias à Lesbos.

A peine 800 migrants ont pour le moment accepté de s'y installer, selon les chiffres du ministère.

La plupart des migrants s'y refusent de crainte de ne pouvoir quitter l'île une fois à l'intérieur.

Pour Vany Bikembo, un mécanicien de 25 ans arrivé il y a un an de République démocratique du Congo, le camp provisoire, "là-bas, c'est un deuxième enfer" après celui de Moria.

- "Pas de camp de concentration"

Un migrant près du camp de réfugiés ravagé par les flammes de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, le 14 septembre 2020. ( AFP / ANGELOS TZORTZINIS )

Sur le port de Mytilène, le chef-lieu de l'île, quelque 200 insulaires ont manifesté en début de soirée pour proclamer leur refus de voir s'ouvrir un nouveau camp de migrants non loin des ruines de Moria.

"Les îles ne veulent pas de camp de concentration, ni ouvert ni fermé", pouvait-on lire sur une banderole brandie par les manifestants, en majorité du parti communiste.

Le préfet de l'Egée du Nord, Kostas Mountzouris, l'un des plus farouches opposants au projet du gouvernement d'ériger un camp fermé à Lesbos, avait appelé entrepreneurs et professionnels à se rassembler pour réclamer une "normalisation" de la situation et "l'éloignement des migrants de l'île".

Des demandeurs d'asile sans abri après l'incendie de leur camp ont installé un nouveau camp de fortune sur l'île de Lesbos (Grèce), le 14 septembre 2020 ( AFP / ANGELOS TZORTZINIS )

Depuis plusieurs mois, le gouvernement conservateur grec prévoit la mise en place d'un centre fermé à Lesbos pour désengorger la mégastructure de Moria. Maintenant que celle-ci est détruite, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a confirmé la reconstruction prochaine d'un camp et souhaité une implication plus active de l'Union européenne. 

La Commission européenne a avancé au 23 septembre la présentation de son projet très attendu de réforme de la politique migratoire dans l'UE.

bur-chv/lpt

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jean895
    15 septembre20:04

    Ca commence comme prévu. 1500 qui dit mieux ? On va en prendre combien ici ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer