1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Immeubles insalubres : au moins deux millions de logements à surveiller
Le Parisien09/11/2018 à 21:08

Immeubles insalubres : au moins deux millions de logements à surveiller

Deux immeubles réduits à l'état de gravats, faisant huit morts à Marseille, lundi. Un autre immeuble s'effondrant à Charleville-Mézières, sans faire de victimes, jeudi. Ces derniers jours, l'actualité a remis sous les feux de la rampe le problème de la grande vétusté d'une partie du parc immobilier français.Un phénomène dont il est difficile de mesurer l'ampleur, tant les données chiffrées sont éparpillées, mais « qui pourrait devenir un vrai sujet dans les années à venir », estime Xavier Borde, le président du réseau immobilier Procivis.D'après les chiffres de la Fondation Abbé Pierre, 107 000 copropriétés font partie des immeubles « les plus fragiles », soit environ 2 millions de logements, dont un quart situé dans les seules ex-régions PACA, Corse et Languedoc Roussillon ! Une estimation basse pour Emile Hagège, de l'ARC (Association des responsables de copropriétés), qui rappelle que « depuis 10 ans, les charges ont bondi de 40 %. Les gens ne suivent plus ».Un plan à 2,7 milliards d'euros sur 10 ansHasard de calendrier, le mois dernier, le gouvernement avait présenté son plan « Initiative copropriétés », qui vise à aider des copropriétés en difficulté à lancer des travaux - 2,7 milliards d'euros seront injectés en dix ans. Quatorze sites (à Mulhouse, Marseille, etc.), concernant 23 330 logements, sont jugés prioritaires. Et ce plan n'exclut pas l'idée de démolir certains appartements. « Attention : il s'agit ici de très grosses copropriétés comme Grigny ou Clichy-sous-Bois, qui ont des soucis financiers mais dont la structure est le plus souvent solide », nuance un bon connaisseur du dossier. « Le vrai problème, confirme Christophe Robert, le délégué général de la Fondation abbé Pierre, ce sont les petits immeubles privés de 10 logements, dont les propriétaires sont trop pauvres pour financer des travaux. On revient sur un problème de pouvoir d'achat. »Le hashtag ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer