1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ils apprennent à sauver leur chien avec la protection civile
Le Parisien16/12/2018 à 14:43

Ils apprennent à sauver leur chien avec la protection civile

« Il faut coucher un chien sur le flanc droit afin d'accéder au cœur situé sur le côté gauche pour le massage », décrit Alexandra Lafitte, formatrice de la Protection civile dans la Vienne. Cette association propose depuis peu et pour 70 euros une formation aux premiers secours canins. Jusque-là réservée aux maîtres-chiens de la Protection civile, celle-ci s'adresse désormais au grand public. Samedi, ils étaient onze à participer à cette session organisée dans un club canin de Fontaine-le-Comte, aux portes de Poitiers. Onze maîtres venus apprendre à identifier anatomie et symptômes, à évaluer une blessure et à prodiguer les premiers soins en cas de pépin.Coup de chaleur et malaise, plaie et brûlure, crise d'épilepsie, arrêt cardiorespiratoire ou AVC : ces maux sont abordés et décryptés par Alexandra Laffite. Cette formatrice - ils sont une dizaine en France au sein de la Protection civile - possède elle-même un labrador. « Il a fait une hémorragie interne après avoir avalé des morceaux de balle de tennis. Il était à l'article de la mort. Mais le vétérinaire a pu le sauver. » Alors qu'elle enseigne habituellement les premiers secours à personne, Alexandra Laffite a ainsi décidé de se former aux secours canins, puis de transmettre. « Cela m'a apporté des réflexes et des connaissances. La bave d'un crapaud ou une piqûre de guêpe, par exemple, peut tuer un chien. » Ces réflexes intéressent justement Pierre Giraudeau. Éducateur, il travaille auprès d'enfants avec son staffie. « Cette formation, ça pourrait m'éviter d'appeler le vétérinaire pour rien. Je suis du genre inquiet, ça m'arrive souvent ! sourit-il. Cela libère la parole et permet un travail sur l'estime de soi. » Lui pense même qu'elle devrait être obligatoire : « Cela éviterait peut-être les achats compulsifs d'animaux ou les abandons... »Connaître les signes précurseurs de l'AVCSylvie Bouchenoire est, elle, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer