1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Îlot de chaleur urbain » : il fait plus chaud en ville qu'à la campagne

Le Parisien06/07/2015 à 15:40

« Îlot de chaleur urbain » : il fait plus chaud en ville qu'à la campagne

Pollution atmosphérique et qualité de l'air ne suffisent pas à expliquer pourquoi la chaleur est plus vive en ville qu'en zone rurale. Devenu un « enjeu de santé publique depuis la canicule de 2003 », le phénomène des îlots de chaleur urbain désigne la capacité des villes à retenir la chaleur.

Erwan Cordeau, chargé de mission à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France, est spécialiste de la question. « Pendant la canicule, on a vu des écarts impressionnants entre Paris et la lisière de la Seine-et-Marne, par exemple. La différence, en pleine nuit, oscillait entre 8 et 10 degrés. Même au sein de la ville, les écarts étaient impressionnants, jusqu’à 3 ou 4 degrés entre le cœur de Paris et le bois de Boulogne », rappelle-t-il, interrogé par le mensuel Terra eco.

La chaleur emmagasinée le jour ressurgit la nuit

« La nuit, les surfaces restituent la chaleur emmagasinée au cours de la journée sous forme d’infrarouges », explique le spécialiste, qui rappelle que c’est à ce moment-là que le risque de santé publique est le plus important « car les corps sont en danger s’ils ne parviennent pas à tomber en température durant le sommeil ».

Ces infrarouges sortent du sol pour se libérer dans l'air. « Dans une rue étroite bordée d’immeubles hauts, ils vont être captés par les surfaces minérales qui font obstacle avec le ciel. Plus l’îlot urbain est dense et compact, plus il fera chaud », fait remarquer Erwan Cordeau.

Le paradoxe de la climatisation

A propos des grands immeubles de bureaux, souvent vitrés, Erwan Cordeau commente : « On l’a fait car on savait qu’on allait pouvoir recourir à la climatisation. Aujourd’hui, on se rend compte que cette climatisation rejette de la chaleur en ville et nous demande de l’électricité qui implique, elle, des centrales nucléaires, qui devront elles-mêmes faire face, l’été, à des périodes de sécheresse qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    06 juillet17:31

    Il fait plus chaud sur une façade de rochers en montagne que dans un sous bois...sacrés journaleux vous n'avez que ces lapalissades à nous sortir...ce sont les stagiaires de l'été probablement...les fils et filles des journaleux en titre.....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer