1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ile-de-France : pourquoi la n°2 de la région défie Huchon

Le Parisien04/01/2015 à 18:37

Ile-de-France : pourquoi la n°2 de la région défie Huchon

Le combat difficile du PS pour garder la région Ile-de-France, en décembre, pourrait commencer par un duel. Alors que le président sortant, Jean-Paul Huchon, devrait annoncer prochainement qu'il brigue un quatrième mandat, sa numéro deux à la région, Marie-Pierre de la Gontrie, est, elle, candidate au nom du renouvellement, et présentera bientôt une liste de ses soutiens. Des primaires devront les départager, sans doute dès le mois prochain.

Pourquoi avoir choisi de défier Jean-Paul Huchon ?

MARIE-PIERRE DE LA GONTRIE. Je suis candidate pour conduire la gauche à la victoire, car la région doit franchir une nouvelle étape. Elle s'est totalement transformée avec l'arrivée de la gauche en 1998, puis à nouveau en 2006 avec l'apport de la compétence transport. Bientôt, la naissance de la métropole du Grand Paris nécessitera une nouvelle étape en termes de direction.

Jean-Paul Huchon n'est plus capable de mener cette transformation ?

J'ai bien étudié le résultat des municipales où la gauche a été sévèrement battue dans beaucoup de villes. Y compris là où des maires étaient très reconnus. Il y a une vraie demande de renouvellement, comme le montrent les défaites de Michel Delebarre à Dunkerque ou de Bernard Poignant à Quimper. Je rappelle d'ailleurs qu'en 2010 les militants PS, sollicités par Martine Aubry sur la rénovation du parti, avaient voté pour la règle du non-cumul des mandats dans le temps avec l'impossibilité pour un président d'exécutif de briguer plus de trois mandats.

Que répondez-vous aux socialistes qui jugent que votre manque de notoriété serait un handicap de plus dans une élection déjà difficile ?

En quoi l'absence de notoriété de Johanna Rolland l'a empêchée d'être élue maire de Nantes, en succédant à Jean-Marc Ayrault ? Parfois, le renouvellement passe par le fait que la personne en place puisse passer la main. Depuis l'annonce de ma candidature, ma démarche rencontre un large ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer