Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Il faut sauver le Tchad", plaide l'ancien président et rebelle Goukouni Weddeye
AFP03/05/2021 à 10:44

L'ancien président tchadien  Goukouni Weddeye à N'Djamena le 2 mai 2021 ( AFP / Issouf SANOGO )

L'ancien président tchadien Goukouni Weddeye à N'Djamena le 2 mai 2021 ( AFP / Issouf SANOGO )

Se "retrouver entre nous" pour "sauver le Tchad": quasiment deux semaines après la mort du chef de l'État Idriss Déby Itno, tué au front contre une rébellion, l'ancien président et chef rebelle Goukouni Weddeye demande aux Tchadiens de se réconcilier.

Le vieil homme de 77 ans, qui a dirigé le pays de 1980 à 1982, pèse chacun de ses mots: à N'Djamena sa parole est rare et sa voix compte. Il faut "se réconcilier avec les autres pour enterrer nos querelles" et "mettre au devant l'intérêt supérieur du Tchad", affirme-t-il dans un entretien à l'AFP, boubou immaculé sur les épaules et barbichette blanche bien taillée. 

Pour lui, il faut "organiser une table ronde" avec "tous les acteurs tchadiens", notamment avec les rebelles qui mènent depuis la mi-avril une offensive et ont promis de "marcher" sur N'Djamena. Idriss Déby est mort au front face à ces mêmes rebelles quelques jours plus tard. Depuis, le Conseil militaire de transition (CMT), qui a pris le pouvoir au Tchad avec à sa tête Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président, a promis d'éradiquer le groupe rebelle, et averti qu'il n'y aurait "ni médiation ni négociation".

Goukouni Weddeye pense que c'est une erreur: "ceux-là aussi on doit les associer, on ne peut pas les considérer comme des ennemis criminels et les rejeter, c'est impossible."

Hissène Habré (g), ministre de la Défense, et Goukouni Weddeye, ministre de l'Intérieur, à N'Djamena le 3 mai 1979 ( AFP / CHRISTIAN MILLET )

Hissène Habré (g), ministre de la Défense, et Goukouni Weddeye, ministre de l'Intérieur, à N'Djamena le 3 mai 1979 ( AFP / CHRISTIAN MILLET )

Depuis l'indépendance du Tchad en 1960, jamais une passation de pouvoir entre deux chefs d'État ne s'est faite par un processus électoral. Et les trois derniers présidents - Goukouni Weddeye, Hissène Habré, Idriss Déby - ont chacun longtemps été à la tête d'une rébellion.

Treize jours après la mort au front du président Déby et l'arrivée au pouvoir du CMT, les interrogations et incertitudes sont nombreuses. Le fils du maréchal-président, qui s'est arrogé les titres de président de la République et de chef suprême des armées, concentre presque tous les pouvoirs. Un gouvernement de transition, composé de 40 ministres et secrétaire d'État, a été nommé dimanche par la junte militaire.

La menace qui pèse sur le Tchad est "la destruction du pays" par ceux qui voudraient profiter du moment pour prendre le pouvoir, prévient Goukouni Weddeye.

- "Le doigt dans la plaie" -

En l'état actuel des choses, contre une nouvelle prise de pouvoir par la force et afin de permettre aux autorités militaires en place d'organiser, comme elles l'ont promis, des élections "libres et démocratiques" sous 18 mois, "il n'y a pas d'autre solution" que de soutenir l'armée, estime-t-il.

Goukouni Weddeye à N'Djamena le 29 mars 2015 ( AFP / PHILIPPE DESMAZES )

Goukouni Weddeye à N'Djamena le 29 mars 2015 ( AFP / PHILIPPE DESMAZES )

"La seule armée qui existe aujourd'hui sur le terrain est celle-ci. Alors il faut la ménager, avec justesse, essayer de s'associer avec ceux qui se baladent par-ci par-là (les rebelles, NDLR) et ensemble constituer une force qui puisse assurer la sécurité du pays", estime-t-il.

De toute façon, "il faut être objectif", continue-t-il: "il est difficile de dire que nous avons une armée au sens propre du terme. Notre armée est constituée autour de la Direction générale de service de sécurité des institutions de l'État (DGSSIE, la sécurité présidentielle)", estime-t-il.

Mahamat Idriss Déby, général de 37 ans, en était le chef. Alors, "si c'est lui le chef du CMT, qui pourrait assurer la sécurité à part lui?"

Goukouni Weddeye, ancien chef du GUNT - le Gouvernement d'union nationale de transition, alliance de groupes armés - a été largement consulté ces derniers jours par les acteurs politico-militaires de N'Djamena, assure un de ses conseillers.

Goukouni Weddeye en 1980 ( AFP FILES / DOMINIQUE FAGET )

Goukouni Weddeye en 1980 ( AFP FILES / DOMINIQUE FAGET )

Le nom de cet ancien guerrier maquisard, désormais installé dans une immense et luxueuse maison octroyée par le pouvoir d'Idriss Déby en 2009 après 22 années d'exil, a circulé à N'Djamena pour occuper un des postes en vue de la transition. Le premier ministre de transition, Albert Pahimi Padacké, l'a consulté jeudi.

Le CMT "ne peut pas parler comme quelqu'un qui veut la vendetta", prévient Goukouni Weddeye en ajoutant: "il ne faut pas mettre le doigt dans la plaie".

yas-dwi-ah/dyg/jhd 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer