Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il faut parler à l'Etat islamique pour l'aide humanitaire-Unicef

Reuters13/03/2015 à 16:52

GENEVE, 13 mars (Reuters) - Les Etats doivent négocier avec l'Etat islamique (EI) pour le persuader de laisser l'Unicef accéder aux zones qu'il contrôle, a déclaré vendredi la responsable du Fonds des Nations unies pour l'enfance en Syrie. Les organisations onusiennes se plaignent d'avoir du mal à acheminer l'aide aux civils dans les territoires tenus par les combats, mais l'Etat islamique refuse de leur parler. Des négociations doivent avoir lieu "au moins pour protéger les enfants", a déclaré Hanaa Singer lors d'une conférence de presse à Genève. "Ils refusent de parler aux Nations unies pour l'instant", a-t-elle déclaré. "Mais, en même temps, ce n'est pas seulement la responsabilité des agences humanitaires. C'est une responsabilité politique; les politiques doivent parler pour faire pression et entamer le dialogue avec l'EIIL", a-t-elle ajouté en utilisant l'ancien acronyme de l'Etat islamique. Prié de dire si elle faisait référence à la Syrie et aux autres pays ayant une influence dans la région, elle a dit : "les autres parties étatiques, oui." Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (BCAH), a indiqué que les discussions pour un accès humanitaire étaient en cours avec d'autres groupes armés mais "l'EIIL ne veut pas plus parler aux agences humanitaires que l'inverse." Selon les estimations de l'Unicef, près de 14 millions d'enfants sont en souffrance en raison de la guerre en Syrie et en Irak, deux pays où l'EI s'est emparé de vastes territoires, et deux millions pourraient être totalement isolés, exclus de tout contact humanitaire. Le Dr Rick Brennan, directeur du département Gestion des risques liés aux situations d'urgence et action humanitaire à l'OMS, a lui aussi dit qu'il y avait des problèmes concernant l'acheminement de l'aide humanitaire en Syrie et évoqué "une situation désastreuse" dans les zones contrôlées par l'Etat islamique. "Nous ne sommes pas nous-mêmes en train de négocier avec l'EIIL", a-t-il dit. "Il n'y a pas de négociations en cours avec l'EIIL. Mais à l'évidence, d'autres canaux d'accès et d'acheminement de l'aide dans les zones tenues par l'EII sont étudiés." (Tom Miles; Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.