1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il était une fois Ralph Lauren
Le Monde17/11/2019 à 18:45

Gamin du Bronx devenu milliardaire, le créateur incarne le rêve américain et habille tout le pays de ses blousons en jean et de ses chinos colorés. « Very Ralph », premier documentaire à lui être consacré, est diffusé sur OCS le 16 novembre.

C'est l'histoire d'un mec qui, du haut de son mètre soixante-huit, a réussi à incarner la quintessence stylistique de toute une nation - américaine, en l'occurrence... Le documentaire diffusé sur OCS le 16 novembre retrace le parcours de Ralph Lauren, minot du Bronx, fils d'immigrés juifs de Russie, qui a commencé par vendre ses cravates extralarges (alors que la mode était aux slim ties) chez Bloomingdale's, l'un des grands magasins mythiques de New York. Au même moment, à la fin des années 1960, il lance aussi sa marque, baptisée Polo, sport qu'il ne pratiquait absolument pas, mais qu'il trouvait plus chic que le base-ball.

Depuis, le gamin sympathique et ambitieux est devenu un octogénaire milliardaire et respecté, voire idolâtré. Businessman redoutable au look et au goût affirmés, il a certes signé les costumes du film Gatsby le magnifique (1974) mais aussi, et surtout, les vêtements de millions d'hommes, de femmes et d'enfants à travers le monde. Des clients souvent fidèles, auxquels il a vendu avec une sincérité certaine un peu du rêve américain et beaucoup du lifestyle qui l'accompagne.

Ralph Lauren - acteur majeur de l'industrie de la mode américaine, passé maître dans l'art de plaire aux WASP comme à la classe ouvrière, champion du monde toutes catégories des outlets qu'on traque aux Etats-Unis avec la même ferveur qu'un billet pour Broadway ou une vieille Chevrolet - méritait bien un documentaire.

Un style, assorti d'un imaginaire

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer