Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

HRW dénonce l'usage de la torture contre la corruption en Chine
Reuters06/12/2016 à 10:28

    HONG KONG, 6 décembre (Reuters) - La campagne de répression 
de la corruption lancée il y a quatre ans en Chine par le 
président Xi Jinping s'appuie sur un système secret de 
détentions et de torture sur lequel la justice pénale ordinaire 
n'a pas de prise, déplore l'organisation Human Rights Watch dans 
un rapport rendu public mardi. 
    HRW, qui a présenté son enquête à Hong Kong, réclame 
l'abolition de ce mode d'investigation interne au Parti 
communiste, connue sous le nom de "shuanggui", par le biais 
duquel les aveux des membres du PCC sont selon elle extorqués. 
Au moins onze personnes en sont mortes depuis 2010, ajoute l'ONG 
en s'appuyant sur des informations de presse. 
    "Le président Xi a bâti sa campagne anti-corruption sur un 
système de détention illégale et abusive", écrit Sophie 
Richardson, directrice de HRW pour la Chine, dans un communiqué. 
"Torturer des suspects pour les faire avouer ne mettra pas un 
terme à la corruption mais brisera la confiance dans le système 
judiciaire chinois." 
    L'organisation de défense des droits de l'homme déclare que 
c'est la première fois qu'une enquête sur le shuanggui repose 
sur des témoignages d'anciens détenus ou de leurs proches.  
    "Ils n'arrêtaient pas de me demander d''expliquer les 
problèmes'," raconte un ancien détenu. "Quelle somme d'argent 
j'avais touché... Ils voulaient que j'invente. J'ai fini par le 
faire, sinon ils me frappaient." 
    Le rapport de HRW relate de manière détaillée des 
disparitions et un large usage de la torture. Un détenu dit 
avoir été privé de sommeil pendant dix journées consécutives.    
    Ni la Commission centrale d'inspection disciplinaire, 
l'organe anticorruption du Parti communiste, ni le ministère des 
Affaires étrangères n'ont commenté dans l'immédiat les 
accusations de HRW. 
    Le gouvernement chinois reconnaît que la torture constitue 
un problème au sein du système judiciaire et lance régulièrement 
des mises en garde contre son utilisation. 
 
 (Greg Torode; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer