Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hôpitaux : une bactérie dangereuse se propage dans le monde entier

Boursorama avec AFP04/09/2018 à 18:09

Des scientifiques australiens ont tiré la sonnette d'alarme le lundi 4 septembre : une bactérie, capable de causer des infections quasi incurables, se propage dans les hôpitaux du monde entier.

La bactérie est présente dans de nombreux pays et de nombreux hôpitaux. ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Des chercheurs de l'Université de Melbourne ont découvert trois variantes de cette bactérie multirésistante dans des échantillons provenant de 10 pays. "Nous avons commencé avec des échantillons en Australie", puis avec d'autres prélèvements pour obtenir un "aperçu global". "La bactérie est présente dans de nombreux pays et de nombreuses institutions à travers le monde", a expliqué à l'AFP Ben Howden, directeur de l'Unité de diagnostic microbiologique du Laboratoire de santé publique de l'Institut Doherty de l'université de Melbourne.

"LES INFECTIONS PEUVENT ÊTRE GRAVES"

La bactérie (S. epidermidis) est naturellement présente sur la peau. Mais la variété de la bactérie résistante aux antibiotiques infecte le plus souvent les personnes âgées, aux défenses immunitaires affaiblies ou des patients porteurs de dispositifs implantés, tels que des cathéters, des valves cardiaques ou des prothèses articulaires.

La bactérie, un staphylocoque blanc dont le nom savant est Staphylococcus epidermidis, est apparentée au staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) résistant à l'antibiotique méticilline (le SARM) plus connu et plus mortel. "Elle peut être mortelle, mais c'est généralement chez des patients qui sont déjà très malades à l'hôpital (...). Cela peut être assez difficile à éradiquer et les infections peuvent être graves", a déclaré Ben Howden.

Son équipe a examiné des centaines d'échantillons de S. epidermidis provenant de 78 hôpitaux du monde entier. Les chercheurs ont constaté que certaines souches de la bactérie avaient modifié légèrement leur ADN, provoquant ainsi une résistance à deux des antibiotiques les plus courants, souvent administrés en tandem dans les hôpitaux.

"LA RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES, L'UN DES PLUS GRANDS DANGERS"

"Ces deux antibiotiques n'étant pas liés, on ne s'attend pas à ce qu'une mutation cause l'échec des deux à la fois", selon Jean Lee, doctorant à l'Institut Doherty de Melbourne, et co-auteur de l'étude. La plupart des antibiotiques les plus puissants sont extrêmement coûteux et même toxiques, et selon l'équipe l'utilisation simultanée de plusieurs médicaments pour prévenir la résistance pourrait ne pas fonctionner.

D'après les chercheurs, cette bactérie multirésistante se répandrait rapidement en raison de l'utilisation particulièrement importante d'antibiotiques dans les unités de soins intensifs, où les patients sont les plus malades et des anti-infectieux puissants sont prescrits en routine.

L'étude publiée dans la revue Nature Microbiology montre la nécessité de mieux comprendre comment les infections se propagent et quelles sont les bactéries que les hôpitaux choisissent de cibler. "Il ne fait aucun doute que la résistance aux antibiotiques est l'un des plus grands dangers pour les soins hospitaliers dans le monde entier", a ajouté Ben Howden.

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mxnagg
    04 septembre12:02

    Il va de soi que pour des raisons budgétaire la solution de "santé publique" mise en place par le Ministère est 3 jours. avec manipulation du patient par le plus grand nombre de foyer possible. [ pas de gants du docteur ( trop cher ), surtout pas de stérilisation du tensiomètre en tissus et du stéthoscope en caoutchouc poreux ] le papier pour s'alonger changer parfois mais de largeur évidement trop étroite.

    Signaler un abus

  • mxnagg
    04 septembre11:55

    la mauvaise façon c'est de donner 3 jours d'antibiotique pour faire un massacre a 90% et redonner l'avantage au système immunitaire deja en alerte qui va reprendre le dessus et terminer le travail pour les 10% qui reste. SI on fait ca ! il faut être sur a 100% que le système immunitaire soit en alerte et fonctionnelle ( sinon on fabrique une resistance direct )

    Signaler un abus

  • mxnagg
    04 septembre11:51

    La bonne facon de donner des antibiotiques c'est extraction, mise en culture, test de l'antibiotique adapte dans la boite de petri , isolement du patient et 3 semaines de traitement. Si le patient est mobile les bacteries sous stress vont discuter avec leur voisines (chez d'autre personnne) pour demander une solution, si la solutions existe elle sera transmise et la resistance acquise.

    Signaler un abus

  • mxnagg
    04 septembre11:46

    Le plus grand Danger est que La majorité des scientifiques continue de croire a la théorie darwinienne de l'Évolution ( mutation aléatoire qui donne un avantage a ses descandants ) alors que la mutation est spécifique, systématique, en réaction et surtout transmissible.

    Signaler un abus

  • mxnagg
    04 septembre11:37

    il y a deux facon de fabriquer des Bacteries resistantes 1] sous doser les antibiotiques pour faire des economies a la secu 2] En donner des masses de facon systematiques aux animaux d'elevage vivant en promiscuitee extreme.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.