1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hommage à Jacques Chirac : le selfie est-il forcément un manque de respect ?
Le Parisien30/09/2019 à 17:17

Hommage à Jacques Chirac : le selfie est-il forcément un manque de respect ?

Sous la pluie, ils ont fait preuve de patience avant de se présenter devant le cercueil de Jacques Chirac. Environ 7 000 personnes se sont présentées jusqu'à lundi matin aux Invalides pour rendre un dernier hommage à l'ancien président, décédé la semaine dernière. Ce dernier adieu a pu prendre la forme d'un signe de croix ou d'un simple geste de la main. Plus étonnant, quelques personnes ont sorti leur smartphone pour prendre un selfie devant le cercueil recouvert du drapeau tricolore. Hommage à Jacques Chirac : les honneurs funèbres militaires aux Invalides « Je n'ai plus les mots », « Vous n'avez donc honte de rien ? » : sur les réseaux sociaux, ces scènes ont été abondamment commentées, le plus souvent pour condamner une attitude jugée indigne à un moment aussi empreint de solennité de par l'événement et le cadre dans lequel il s'inscrit - l'entrée de la cathédrale Saint-Louis des Invalides.Le défunt... au second planDes réactions comparables à celles qu'ont pu inspirer ces derniers temps d'autres selfies polémiques, comme ceux pris par des touristes à Auschwitz et qui avaient poussé la direction du mémorial à lancer un appel à la décence. Elles rappellent également les critiques qui avaient accompagné en 2013 le selfie pris pendant une cérémonie d'hommage à Nelson Mandela par Barack Obama, le Premier ministre britannique David Cameron et son homologue danoise Helle Thorning-Schmidt.« Il y a une vraie dichotomie entre la gravité que l'on donne de manière publique à cet événement et la légèreté avec laquelle il est traité par ceux qui se sont pris en photo », résume Tanguy Châtel, sociologue spécialiste du funéraire. Un sentiment d'autant plus exacerbé avec la prise d'un selfie dans de telles circonstances, qui implique de faire passer le défunt au second plan, au sens propre comme au sens figuré.«Participer au deuil dans une sorte de jubilation»« Que l'on prenne un ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer