Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande veut "effacer" 2002, engrange le soutien de Bayrou

Reuters04/05/2012 à 00:40

Hollande veut "effacer" 2002, engrange le soutien de Bayrou

par Elizabeth Pineau et Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - François Hollande a appelé jeudi les électeurs à effacer le "souvenir cruel" de 2002 en l'élisant président dimanche, une perspective encore appuyée par le soutien de François Bayrou à trois jours du second tour de la présidentielle.

Le candidat centriste a déclaré qu'il voterait pour l'élu socialiste au second tour, sans donner de consigne de vote à ses électeurs, ce que François Hollande a salué sans toutefois le considérer comme un ralliement.

"Son avis comptera, mais il ne peut pas être interprété comme un soutien et encore moins une adhésion à une future majorité présidentielle", a-t-il dit après son dernier grand meeting de campagne à Toulouse, terre socialiste.

François Bayrou a en effet répété qu'il considérait le programme du PS "inadapté à la situation du pays et encore plus à la crise qui vient, que j'ai annoncée, que je crois certaine".

La nouvelle est tombée pendant le meeting de François Hollande, qui a débuté à Toulouse au moment où s'achevait celui de Nicolas Sarkozy à Toulon.

Devant, selon le PS, 40.000 personnes réunies place du Capitole à Toulouse, il a appelé la gauche à "trois jours d'effort pour cinq ans de réussite".

Tous les responsables socialistes, candidats à la primaire et membres de l'équipe de campagne compris, ainsi que les écologistes Eva Joly et Cécile Duflot, ont fait le déplacement pour le meeting vespéral du favori des sondages.

"Dimanche, à peu près cette heure-là nous saurons le visage le nom du prochain président de la République", a dit François Hollande en fin de discours. "Nous saurons alors si la France reprend sa marche vers le progrès, la justice, l'égalité, des chances, le respect des autres".

"La promesse de Toulouse", a-t-il poursuivi, "c'est que si les Français m'accordent de leur confiance, le président que je serai ressemblera au candidat que je suis : candidat respectueux, candidat rassembleur, candidat normal pour une présidence normale au service de la République".

"SARKO, C'EST FINI"

"Sarko c'est fini", "On va gagner", a crié la foule réunie sous le soleil pour ponctuer le discours de François Hollande, précédé à la tribune par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, qui a quitté la vie politique après avoir été éliminé par le candidat du Front national au premier tour en 2002.

"La victoire se dessine, la victoire est possible", a dit Lionel Jospin, rejoint sur scène par François Hollande.

"Si nous l'emportons, et nous l'emporterons le 6 mai, je veux que ça efface le souvenir cruel du 21 avril 2002 et que ouvrions enfin la page que nous aurions dû déjà ouvrir cette année-là", a dit François Hollande.

Le candidat socialiste a retrouvé l'ironie qu'il affectionne pour commenter le débat télévisé de la veille.

"Ah, ce débat, le candidat sortant fondait sur lui tant d'espoirs !", a-t-il souri. "Vous connaissez ses qualités de modestie, de retenue de réserve ! Il avait proclamé qu'il ne ferait en définitive qu'une bouchée de ce débat. J'ai peur qu'il soit resté sur sa faim."

Comme les autres élus de gauche, Lionel Jospin a salué la prestation télévisée du candidat PS.

"Nicolas Sarkozy s'était vanté de l'exploser. Pour parler à la toulousaine, Nicolas Sarkozy a dû être assez surpris de la vigueur de l'entrée en mêlée de François Hollande", a-t-il dit.

Le ralliement de François Bayrou a encore gonflé la vague d'optimisme qui déferle sur la gauche en cette fin de campagne.

"La victoire est là, à portée de main !", a lancé sur scène Jean-Pierre Bel, président du Sénat passé à gauche en septembre.

Dans son discours, François Hollande a balayé les moments forts de sa campagne, entamée il y 400 jours.

"Une campagne ce ne sont pas simplement des mesures, propositions, ce sont aussi des témoignages, des révélations des rencontres", a dit le candidat.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.