Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande soigne sa communication pour le contrat record d'Airbus

Reuters18/03/2013 à 21:10

AVEC LE CONTRAT RECORD D'AIRBUS, FRANÇOIS HOLLANDE SOIGNE SA COMMUNICATION

par Julien Ponthus et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Pourtant peu adepte du style "président-VRP" qu'il reprochait à Nicolas Sarkozy, François Hollande a organisé lundi une opération de communication soignée pour accueillir à l'Elysée la signature du contrat record de 234 appareils obtenu par Airbus.

Moins de deux ans après avoir serré la main de Barack Obama en Indonésie pour un contrat de 200 Boeing, le magnat indonésien Rusdi Kirana a donc topé sous les ors de la République pour un contrat d'une valeur théorique d'environ 18 milliards d'euros.

Une semaine après un déplacement critiqué à Dijon, le chef de l'Etat français a, selon son entourage, "naturellement" jugé que ce contrat "historique dans l'histoire de l'aviation", méritait d'être signé à l'Elysée.

"Les grands contrats d'Airbus, c'est un exemple pour notre économie", a déclaré François Hollande aux journalistes conviés pour assister à une cérémonie qui a coïncidé avec le lancement de la "semaine de l'Industrie" organisée par le ministère du Redressement productif.

Avec une cote de popularité qui flirte désormais avec les 30% de bonnes opinions et de sombres prévisions macroéconomiques, le président français a vanté la santé de la filière aéronautique et promis que son exemple serait suivi.

"Notre ambition au plan européen, c'est non seulement de poursuivre la belle aventure d'EADS mais également de concevoir d'autres EADS pour d'autres secteurs économiques avec nos partenaires européens", a-t-il dit.

Point fort de la cérémonie, François Hollande a pris la main de Rusdi Kirana et celle du président directeur général d'Airbus Fabrice Brégier pour immortaliser le contrat devant les photographes.

PAS DE "FAVORITISME DIPLOMATIQUE"

Plus habitué à endosser le rôle de pompier pour des entreprises en difficultés, l'exécutif français avait aussi essayé de redonner espoir à l'opinion en décembre avec le contrat des chantiers navals STX France avec l'armateur Royal Caribbean Cruise Line pour la construction d'un paquebot géant.

Interrogé sur ses impressions lors de son passage dans le palais présidentiel, Rusdi Kirana, à la réputation d'ascète et qui dit aimer voyager en classe économie, n'a pas semblé impressionné outre mesure par la portée de l'événement.

"Je suis content d'être ici mais je suis plus intéressé dans les habitations que je construis pour mes employés et leur familles", a-t-il confié à Reuters.

A Paris comme à Washington, le président de la compagnie aérienne indonésienne Lion Air aura déboursé, même en tenant compte des ristournes accordées par les constructeurs, plus que les 10 milliards d'euros du plan de sauvetage européen pour Chypre.

Souhaitant se démarquer de la "diplomatie de contrat" affichée selon lui par Nicolas Sarkozy, François Hollande avance lors de ses déplacements à l'étranger le concept d'une "diplomatie économique" où les rôles entre les entreprises et l'Elysée sont clairement définis.

Pour lui, il revient à l'Etat de créer les relations diplomatiques propices pour que les entreprises françaises remportent des contrats par la qualité et la compétitivité de leurs offres plutôt que par "favoritisme diplomatique".

Edité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.