Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande redit sa détermination à renégocier le traité européen

Reuters15/03/2012 à 14:29

HOLLANDE REDIT QU'IL RENÉGOCIERA LE TRAITÉ BUDGÉTAIRE EUROPÉEN

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande a réaffirmé jeudi sa détermination à renégocier le traité européen de discipline budgétaire, dont l'idée fait selon lui son chemin dans l'esprit des dirigeants de plusieurs pays européens.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle en France a laissé de côté pour l'instant l'idée avancée par certains responsables européens d'assortir le traité, signé par 25 pays, d'un texte sur la croissance plutôt que de le renégocier.

"Déjà, que certains commencent à réfléchir sur des hypothèses, des renégociations, des compléments, prouve que la lucidité, la conscience que ce traité ne va pas progresse. Donc ma position c'est de renégocier le traité puisqu'il n'est pas ratifié", a dit François Hollande lors d'une rencontre avec les agences de presse.

"Pour ce qui me concerne, au début, je suis dans la renégociation du traité", a-t-il insisté.

Un responsable européen au coeur des négociations communautaires a jugé cette refonte du traité signé par 25 pays "impossible".

"Il y a des pays qui l'ont déjà ratifié et qui veulent être pris au sérieux", a-t-il expliqué. "Si on a besoin d'un texte politique sur la croissance, cela peut figurer comme tel à côté du traité".

François Hollande estime pour sa part que l'idée de renégocier le traité, notamment rejetée par la chancelière allemande Angela Merkel, fait son chemin dans l'esprit des Européens.

"Que le gouvernement espagnol lui-même prenne des précautions par rapport aux objectifs fixés dans la réduction des déficits, que nos amis belges puissent évoquer des solutions de complément, que les Hollandais - conservateurs par ailleurs - constatent que la croissance n'est pas là et qu'ils ne peuvent pas atteindre leurs objectifs, tout cela témoigne que le traité budgétaire tel qu'il a été négocié n'est pas la formule qui nous permettra de mettre l'Europe sur le bon chemin", a-t-il dit.

"ABSOLUMENT PAS NAÏF"

Le prétendant à l'Elysée a reçu le soutien d'Alfredo Perez Rubalcaba, secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), avec qui il s'est entretenu à son siège de campagne À Paris.

"François Hollande est la grande espérance de la gauche européenne, et espagnole en particulier, et nous suivons de près sa campagne et ses propositions", a-t-il déclaré aux agences de presse.

"Le traité budgétaire, c'est beaucoup de rigueur, peu de gouvernance et rien sur la croissance. Il est nécessaire de conduire une négociation pour compléter le traité pour qu'en plus de la rigueur il y ait de la croissance", a ajouté l'ancien ministre de l'Intérieur.

Sigmar Gabriel, chef de file du SPD allemand, attendu vendredi à Paris, s'est lui aussi placé sur la même ligne que le candidat socialiste.

"Ce n'est absolument pas naïf car François Hollande ne dit pas qu'il est fondamentalement opposé au pacte fiscal. Il dit, et il a absolument raison, que le pacte n'est que la moitié du chemin que l'Europe doit parcourir", déclare-t-il dans une interview au Monde daté de vendredi.

"Ce qu'il manque dans ce pacte, c'est, par exemple, une juste participation des marchés financiers à la résolution de la crise (...) Deuxième point qui fait défaut dans le pacte fiscal : une initiative pour l'emploi et la croissance à l'échelle européenne", ajoute le président des sociaux-démocrates allemands.

Sigmar Gabriel figure au nombre des invités de la rencontre européenne "Renaissance pour l'Europe" organisée à Paris par la Fondation européenne d'études progressistes (FEPS).

François Hollande prononcera samedi un discours dans ce cadre devant un parterre de responsables de la gauche européenne. Sont notamment annoncés à ce rendez-vous Massimo D'Alema, président de la FEPS et ancien Premier ministre italien, Martin Schulz, président du Parlement européen, Elio di Rupo, Premier ministre belge, et Pier Luigi Bersani, secrétaire du Parti démocrate italien.

Edité par Patrick Vignal)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.