Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande ravive l'unité nationale face au choc Charlie Hebdo

Reuters08/01/2015 à 15:26

MINUTE DE SILENCE EN FRANCE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - La fusillade de Charlie Hebdo est un moment-clé du quinquennat de François Hollande, soucieux d'incarner une unité nationale ressoudée par l'émotion suscitée par l'attentat le plus meurtrier commis en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Au lendemain du drame, alors que la traque des suspects se poursuit, le pays s'est arrêté jeudi à la mémoire des 12 victimes de l'attentat, auxquelles s'est ajoutée jeudi matin une jeune policière municipale tuée près de Paris, sans qu'aucun lien ne soit établi entre les deux attaques.

A midi pile, une minute de silence a été observée en ce jour de deuil national décrété par le chef de l'Etat pour la cinquième fois seulement depuis le début de la Ve République.

Dans tout le pays, où les drapeaux ont été mis en berne pour trois jours, des centaines de rassemblements silencieux ont eu lieu, à l'image de ceux spontanément organisés mercredi soir, quelques heures après la fusillade qui a décimé la rédaction de l'hebdomadaire satirique, avec pour slogan "Je suis Charlie".

Dans le métro parisien, les rames se sont arrêtés dans les stations et les voyageurs ont été invités à se recueillir.

François Hollande se trouvait à la préfecture de police de Paris, non loin de la cathédrale Notre-Dame dont les cloches ont sonné le glas. Le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, a présidé une cérémonie à la présidence et les chefs de tous les groupes politiques de l'Assemblée et du Sénat se sont recueillis sous une pluie battante.

Le gouvernement, vêtu de sombre, s'est réuni à Matignon autour de Manuel Valls. Le Premier ministre a ensuite présidé dans la cour une cérémonie en présence du personnel, qui a entonné une Marseillaise.

"ESPRIT DE RÉSISTANCE"

Dans son agenda bouleversé, François Hollande a maintenu jeudi un hommage à Robert Chambeiron, compagnon de Jean Moulin décédé fin décembre, dont il a vanté "l'esprit de résistance".

"La liberté sera toujours plus forte que la barbarie", avait déclaré le président mercredi soir lors d'une déclaration solennelle à la télévision.

Avant la manifestation nationale de soutien aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo de dimanche, le chef de l'Etat socialiste a montré l'exemple de l'unité nationale en invitant à l'Elysée son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

Des représentants de tous les partis représentés au Parlement ont été conviés à la présidence dans l'après-midi.

Les musulmans de France ont aussi manifesté leur émotion.

L'ensemble des organisations musulmanes les avaient invités à se joindre à la minute de silence et a appelé les imams de toutes les mosquées de France à condamner avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme d'où qu'ils viennent", lors de leur prêche de la grande prière de vendredi."François Hollande a bien géré l'affaire jusqu'ici", estime François Miquet-Marty, de l'institut de sondages Viavoice.

"On est dans l'exercice pleinement assumé, légitime et attendu d'un chef de l'Etat qui remplit son rôle de défenseur des valeurs fondamentales de la République."

S'il est trop tôt pour la mesurer, l'expérience a montré que les évènements graves comme les attentats ont une incidence sur la cote de popularité des représentants de l'Etat, qui incarnent l'unité d'un pays rassemblé dans la douleur.

"Les évènements touchent à des valeurs auxquelles les Français sont très attachés comme la liberté d'expression. Dans le contexte morose actuel, les gens vont se rendre qu'il y a des fondamentaux sur lesquels ils peuvent se retrouver", juge François Miquet-Marty.

La médaille a toutefois son revers, prévient le politologue, à l'heure où le Front national séduit un pays en crise où la montée de l'islamisme radical et l'insécurité sont en tête des angoisses exprimées plus ou moins ouvertement par les Français.

"Ces évènements peuvent nourrir un clivage assez profond entre des Français qui veulent défendre les valeurs de liberté et ceux qui estiment, en souterrain, qu'on n'a pas en France les moyens de sécurité qui permettent d'être protégés", dit-il.

Le Front national, tout en se défendant de pratiquer l'amalgame, estime que l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo valide ses mises en garde contre "les dangers de l'islam radical en France" et aura des conséquences politiques.

(Avec Service France, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.