Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande rassure la finance, l'extrême gauche voit rouge

Reuters14/02/2012 à 17:31

HOLLANDE RASSURE LA FINANCE, L'EXTRÊME GAUCHE VOIT ROUGE

PARIS (Reuters) - L'extrême gauche française a peu apprécié les propos de François Hollande à la presse anglo-saxonne visant à rassurer le monde de la finance, qu'il avait présenté plus tôt dans sa campagne comme son "principal adversaire".

Dans des déclarations publiées en début de semaine dans des journaux comme The Guardian, International Herald Tribune et The Financial Times, le candidat socialiste à l'élection présidentielle se défend de toute agressivité à l'égard du monde de l'argent et dit vouloir se rapprocher sur ce thème de la position du président américain Barack Obama.

L'élu socialiste affirme aussi que la France de 1981, date de l'arrivée au pouvoir du socialiste François Mitterrand, qui avait convié des communistes au gouvernement, n'a rien à voir avec celle de 2012, où "il n'y a plus de communistes".

"La gauche a été au gouvernement pendant quinze ans au cours desquels nous avons libéralisé l'économie, ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n'y a rien à craindre", ajoute François Hollande, qui sera à Londres le 29 février.

Dans un communiqué rageur où il rappelle qu'il compte "132.000 adhérents" et "10.000 élus", le Parti communiste français (PCF) ironise : "Cela a le mérite d'être clair, les électeurs de gauche apprécieront".

Dans son premier grand meeting, le 22 janvier au Bourget, François Hollande avait désigné le "monde de la finance" comme son principal adversaire, réaffirmant sa volonté de taxer les transactions financières et de réajuster la fiscalité au détriment des Français les plus aisés.

Selon The Guardian, François Hollande a déclaré qu'il n'était pas "agressif" ni considéré en France comme quelqu'un de très à gauche en matière de la régulation de la finance. Il a dit vouloir se rapprocher à cet égard de la position exprimée par Barack Obama devant le Congrès américain.

"On pourrait dire qu'Obama et moi avons les mêmes conseillers", a-t-il dit, ajoutant que son souhait de voir la finance mieux régulée était conforme à la volonté de "l'opinion publique" européenne et des autres candidats à l'élection présidentielle, y compris le président Nicolas Sarkozy - dont l'officialisation de candidature est attendue incessamment.

GÉNUFLEXIONS

François Hollande a rendu hommage à Tony Blair, un homme "tellement intelligent qu'il n'avait pas besoin d'être arrogant". Mais il a aussi reproché à l'ancien Premier ministre britannique d'avoir "succombé à l'idée dominante selon laquelle les marchés pourraient s'autoréguler et à la notion selon laquelle les marchés et le libéralisme pouvaient être facteur de croissance (...) On a vu les conséquences."

Pour Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, les "génuflexions" de Hollande devant la City "font du mal à la gauche".

Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle sous l'étiquette Front de gauche, note de son côté une certaine arrogance chez son adversaire socialiste.

"Il y a de la part de François Hollande une attitude hautaine à l'égard du reste de la gauche qui commence à être assez insupportable", a déclaré à la presse à Paris l'eurodéputé, crédité de 7% à 9% des intentions de vote.

Eric Coquerel, son conseiller spécial, s'interroge : "Pensait-il que les électeurs de gauche ne savaient pas lire l'anglais ? En tous les cas, ses propos, s'ils ne les désavouent pas, sont désespérants".

Quant à l'ancienne ministre communiste Marie-George Buffet, elle fait un lien entre la prestation de François Hollande et celle de la star américaine Meryl Streep, qui campe l'ex-Premier ministre britannique conservateur Margaret Thatcher dans un film attendu en salles mercredi en France, "La Dame de fer".

"Ce n'est pas parce que Meryl Streep redore la beauté de Margaret Thatcher qu'il faut se laisser séduire par les sirènes du libéralisme. La gauche ce n'est pas ça", écrit-elle dans un communiqué.

Elizabeth Pineau, avec Brian Love, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.