Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande promet le mariage homosexuel pour 2013

Reuters20/03/2012 à 20:43

HOLLANDE PROMET LE MARIAGE HOMOSEXUEL POUR 2013

PARIS (Reuters) - François Hollande promet qu'une loi autorisant le mariage homosexuel sera votée "au plus tard au printemps 2013" s'il est élu président la République en mai prochain.

Nicolas Sarkozy, pour sa part, redit son hostilité à un tel texte et propose qu'un pacs entre personnes du même sexe puisse faire l'objet d'une cérémonie en mairie.

Le président candidat et son rival socialiste s'expriment sur la question dans des interviews accordées au magazine Têtu dans son édition de mars à paraître mercredi.

Interrogé sur le calendrier de l'ouverture aux homosexuels du mariage et de l'adoption, qui figure dans son programme présidentiel, François Hollande répond: "Au plus tard au printemps 2013".

"Je sais que les premiers mois de la session parlementaire vont être essentiellement consacrés aux éléments de programmation financière, donc je préfère être honnête: si on veut un bon débat, mieux vaut qu'il puisse commencer au début de l'année 2013 et se terminer au printemps", explique-t-il.

Nicolas Sarkozy est pour sa part opposé au mariage homosexuel, qui est approuvé par 63% des Français selon un sondage BVA publié en janvier. Il l'avait réaffirmé dans son interview au Figaro Magazine de février peu avant sa déclaration de candidature, estimant qu'il ne fallait "pas brouiller l'image de cette institution sociale essentielle qu'est le mariage."

"Une famille, ça peut être un père-une mère, deux pères ou deux mères. Je pense qu'il faut laisser la situation en l'état, dans une zone un peu indécise, qu'on n'est pas obligé de légiférer sur tout, de voter des lois sur tout", souligne-t-il.

Il fait valoir en outre que le projet de contrat d'union civile en mairie qu'il avait évoqué en 2007 s'est heurté à des considérations juridiques, à savoir le risque d'être anticonstitutionnel s'il était réservé aux seuls homosexuels.

Dans ce contexte, il propose que les pacs entre homosexuels, qui peuvent être signés devant un notaire depuis 2011 au lieu du greffe du tribunal précédemment, soient célébrés en mairie.

PAS DE GARANTIE POUR BOUTIN

"Je suis prêt à proposer - c'est une affaire de décret - que la cérémonie en mairie, pour un pacs homosexuel, soit de droit", dit-il, ajoutant: "La cérémonie en mairie permettrait une vraie reconnaissance sociale."

Au passage, il dément formellement avoir donné en 2007 à la présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, l'assurance de ne pas faire voter de loi sur le mariage homosexuel.

L'ancienne ministre du Logement, qui s'est de nouveau ralliée cette année à la candidature de Nicolas Sarkozy, a fait de son opposition au mariage homosexuel un élément "non négociable".

François Hollande se dit encore favorable à l'ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) aux couples de lesbiennes mais uniquement dans le cadre d'un "projet parental" et à la condition que l'anonymat du don des gamètes soit respecté.

Mais il se dit hostile à la gestation pour autrui (GPA), à savoir les mères porteuses pour les couples homosexuels, et peu favorable à la reconnaissance des enfants nés par GPA à l'étranger.

"Ce débat devra avoir lieu, mais il ne doit en aucun cas être considéré comme une façon d'accepter la marchandisation du corps", dit-il à propos de cette reconnaissance.

Nicolas Sarkozy révèle par ailleurs qu'il a parlé homosexualité avec le pape Benoît XVI, qu'il a rencontré à trois reprises lors de son quinquennat, en faisant valoir que le fait d'être minoritaire était le vrai problème, pas celui d'être homosexuel.

"Non, la sexualité n'est pas un péché. À partir du moment où c'est entre adultes consentants, ce n'est pas un péché. C'est absurde", a-t-il dit, sans préciser quelle a été la réponse du pape.

Selon une enquête du Cevipof (Centre d'études de la vie politique) publiée en janvier, 53% des homosexuels se disent prêts à voter pour les candidats de gauche au premier tour, 20% pour les candidats de droite et 17% pour Marine Le Pen.

Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.