Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande, Merkel et Renzi s'affichent unis pour une Europe sûre

Reuters22/08/2016 à 20:14
    * Deuxième rendez-vous à trois près de Naples 
    * Préparation du sommet "post-Brexit" de Bratislava 
    * Sécurité et prospérité élevées au rang de priorités 
 
    par Isla Binnie 
    AU LARGE DE NAPLES, 22 août (Reuters) - François Hollande, 
Angela Merkel et Matteo Renzi ont affiché leur unité lundi 
autour de l'idée de donner à l'Europe l'impulsion nécessaire à 
une relance de sa construction, malgré les doutes nés du départ 
annoncé du Royaume-Uni.     
    Pour leur deuxième rendez-vous à trois depuis le référendum 
britannique de juin, le président français, la chancelière 
allemande et le président du Conseil italien se sont retrouvés 
au large de Naples pour préparer le sommet du 16 septembre à 
Bratislava, capitale de la Slovaquie, qui préside actuellement 
l'Union européenne.  
    Ce prochain sommet à 27 est censé lancer une série de 
projets concrets à même de rassurer et rassembler une Europe 
traumatisée par le terrorisme, la crise des réfugiés et la 
sortie de la Grande-Bretagne. 
    "Beaucoup pensaient qu'après le 'Brexit' l'Europe était 
finie. Ce n'est pas le cas", a déclaré Matteo Renzi lors d'une 
conférence de presse commune à bord du Garibaldi, porte-aéronef 
italien utilisé dans le cadre de Sofia, opération européenne de 
surveillance en Méditerranée. 
     
    "IMPULSION" 
    Angela Merkel et François Hollande lui ont fait écho, la 
chancelière soulignant "l'exigence de prospérité et de sécurité" 
d'une Union pour laquelle le président français a demandé de 
"lever les incertitudes" et de "donner une impulsion 
supplémentaire".  
    Devant les doutes, qui se manifestent notamment dans une 
montée de l'extrême-droite sur tout le continent, le président 
français a redit les enjeux d'une période "historique".  
    "On peut faire encore avec l'Europe ou on peut faire sans", 
a-t-il rappelé. "Ma réponse est claire : il faut faire avec 
l'Europe, dans l'Europe mais avec une Europe qui protège et qui 
donne de la force aux économies nationales ou en assurant les 
échanges indispensables." 
    François Hollande a un oeil sur l'élection présidentielle de 
2017 en France. S'il n'a pas voulu commenter la multiplication 
des candidatures, dont celle de l'ex-président Nicolas Sarkozy, 
l'actuel chef de l'Etat a tenu à répondre à l'euroscepticisme 
entretenu par la candidate de l'extrême-droite, Marine Le Pen. 
     
    "RISQUE DE DISLOCATION" 
    "Le risque majeur, c'est la dislocation, la fragmentation 
l'égoïsme, le repli", a-t-il prévenu, alors que pointe le risque 
d'une contagion de l'exemple britannique. 
    Durant leur dîner de travail, les trois dirigeants devaient 
se concentrer sur les thèmes définis lors de leur rencontre de 
Berlin le 27 juin et entérinés peu après par le Conseil européen 
: la sécurité, l'économie et la jeunesse. 
    Au chapitre sécuritaire, le corps européen de 
garde-frontières et de garde-côtes décidé il y a un an, auquel 
la France devrait contribuer à hauteur de 170 hommes environ, 
devrait voir le jour avant la fin de l'année.  
    Dans un contexte d'instabilité mondiale, une réflexion plus 
large sur la défense européenne est aussi en cours.  
    Cette dernière figure au nombre des secteurs visés par le 
Fonds européen pour les investissements stratégiques, dit "plan 
Juncker", adopté en 2015 et actuellement doté de 315 milliards 
d'euros sur trois ans. 
    François Hollande a réitéré sa proposition de "prolonger et 
d'amplifier" ce plan, qui prévoit aussi de favoriser en Europe 
le développement les secteurs du numérique, des technologies et 
de l'économie "verte".  
    Pour les jeunes, principales victimes du chômage en Europe, 
les 27 prévoient d'élargir aux collégiens, lycéens ou apprentis 
le programme Erasmus d'échanges d'étudiants. 
 
 (Avec Elizabeth Pineau à Paris, édité par Emmanuel Jarry) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.