1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande, le président de la simplification

Le Point30/10/2014 à 07:43

François Hollande, président de la République.

Une pause dans le Hollande bashing pour évoquer la simplification administrative annoncée en 2013 et dont les premiers fruits commencent enfin à être récoltés. Oui ! Qui l'eût cru ? Ce président si compliqué, qui tente péniblement de mettre en oeuvre l'usine à gaz du compte pénibilité, a entrepris de simplifier la vie des entreprises et celles des usagers des services publics. C'est bien du même homme que nous parlons : celui qui loge au palais de l'Élysée et qui a également promulgué la loi Alur et sa paperasserie considérable. Voilà, nous le tenons : cet homme va simplifier votre vie. Sur le papier, dit comme ça, le doute est permis. Il faut donc entrer dans le détail.

Le 12 novembre, François Hollande se saisira d'un marteau pour réduire en poussière un vieux principe général du droit qui veut que "le silence de l'administration vaut rejet". À compter de cette date, le principe est inversé : le silence vaudra accord pour l'État. Les collectivités locales ont, quant à elles, encore un an de répit - donc jusqu'au 12 novembre 2015 - pour s'organiser et se soumettre à ce nouveau principe.

Quand l'État ne dit mot, il consent (presque)

À vrai dire, c'est un peu plus compliqué : Thierry Mandon, le secrétaire d'État chargé de la Simplification, a passé en revue, avec tous les ministères, l'ensemble des requêtes possibles afin de vérifier que la règle du SVA (silence valant accord) ne porte pas atteinte à l'intérêt...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bordo
    30 octobre09:05

    Il ment, et ses troupes font le contraire de çe qu'il dit.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer