Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande lance sa mobilisation pour la France de 2014

Reuters07/11/2013 à 20:03

FRANÇOIS HOLLANDE ANNONCE LA RECONNAISSANCE DES FUSILLÉS DE LA GRANDE GUERRE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande a lancé jeudi les cérémonies du Centenaire de la Première Guerre mondiale et le 70e anniversaire de la Libération en invitant la France à "faire bloc" pour gagner les batailles économiques comme hier les batailles militaires.

Dans un discours à l'Elysée, le président français a comparé le traumatisme de la guerre 14-18 à l'angoisse sociale liée à la crise, favorisant la montée des extrémismes.

"Réformer, réunir, réussir: voilà l'ordre de mobilisation que nous pouvons délivrer. Mais pour cela, la France doit avoir confiance en elle-même, en son Histoire, en ses forces, en ses capacités, en ses atouts, en son destin", a-t-il déclaré.

Dès ses premières phrases, François Hollande, au plus bas dans les sondages d'opinion, a dit ne rien ignorer de l'état d'inquiétude de ses concitoyens.

"Ce temps de mémoire arrive à un moment où la France s'interroge sur elle-même, sur sa place, sur son avenir, avec l'appréhension qui s'empare de toute grande nation confrontée à un changement du monde", a-t-il souligné, invitant à "faire bloc pour gagner les batailles qui aujourd'hui ne sont plus militaires, mais économiques".

Le chef de l'Etat a placé les cérémonies du Centenaire sous le signe de l'unité, en France et en Europe, mettant en garde contre la montée des intolérances sur un continent "où la paix suscite l'indifférence tant elle s'est installée comme une évidence alors que pourtant montent les particularismes, les séparatismes, les extrémismes et les nationalismes".

L'"intransigeance" s'impose à ses yeux face "aux haines, aux racismes, face à toutes les atteintes aux valeurs".

François Hollande a donné sa propre définition du mot "patriotisme": "amour des siens" et non "haine des autres".

"Commémorer c'est renouveler le patriotisme qui unit, qui rassemble, qui n'écarte personne au-delà des parcours des croyances des origines, des origines, des couleurs de peau".

UNE PLACE POUR LES FUSILLÉS

Revenant sur les traumatismes laissés par la Grande Guerre, qui a fait 1,4 million de morts et des millions de blessés en France, François Hollande a demandé ne pas oublier les combattants issus des anciennes colonies.

"La France a souscrit une dette d'honneur à l'égard de leurs descendants", a-t-il dit. "Cette dette d'honneur, nous l'honorons en ce moment-même au Mali", où la France intervient militairement depuis janvier contre les islamistes.

Le président a également appelé à réintégration dans la mémoire collective des "fusillés", qui auront une place au musée de la guerre aux Invalides, à Paris.

"Je souhaite, au nom de la République, qu'aucun des Français qui participèrent à cette mêlée furieuse ne soit oublié", a-t-il dit, demandant que les dossiers des conseils de guerre soient numérisés et disponibles.

La réconciliation franco-allemande sera au coeur des célébrations de l'an prochain qui verra un 14-Juillet "inédit" placé sous le signe du Centenaire.

Le président allemand Joachim Gauck, qui a récemment accompagné François Hollande dans le village martyr d'Oradour-sur-Glane, viendra en France début août pour le centenaire de la mobilisation de 1914.

Ambassadeurs des 72 pays impliqués dans le conflit, acteurs des commémorations et dirigeants de tous bords politiques, dont les anciens Premiers ministres Edith Cresson et Edouard Balladur, ont écouté le chef de l'Etat.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a salué "un très beau discours qui était celui que l'on attendait".

"Dieu sait s'il m'arrive de m'opposer très vigoureusement à la politique qu'il conduit mais je veux dire que ce moment était un moment important", a dit le député, dont la ville de Meaux (Seine-et-Marne) abrite un musée de la Grande Guerre.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.