Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande juge légitime de réparer les dégâts du nucléaire à Tahiti

Reuters22/02/2016 à 17:12
    PAPEETE, Polynésie française, 22 février (Reuters) - 
F rançois Hollande a jugé dimanche soir "légitime" de répondre 
aux revendications des Polynésiens sur les conséquences des 
essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel de 
1966 à 1996.  
    Ce délicat dossier est en tête du programme de discussions 
entre le chef de l'Etat, qui effectue une tournée en Océanie, et 
les autorités polynésiennes.    
    "Si aujourd'hui la France est ce qu'elle est avec cette 
capacité de dissuasion, c'est parce qu'il y a eu pendant une 
période très longue des essais nucléaires", a dit François 
Hollande à son arrivée à Papeete, en provenance de Wallis et 
Futuna. 
    "Il est bien légitime que la France puisse réparer un 
certain nombre de conséquences, qu'elles soient sociales, 
qu'elles soient sanitaires ou qu'elles soient économiques", 
a-t-il ajouté aux côtés du président polynésien Edouard Fritch.  
    Les autorités de l'archipel se plaignent de la lenteur de 
l'application de la loi Morin votée en 2010 destinée à 
indemniser les Polynésiens ayant des problèmes de santé dus aux 
essais nucléaires.  
    Selon le réseau Sortir du nucléaire, seules 19 personnes, 
dont à peine cinq Polynésiens, ont pu bénéficier d'une 
indemnisation à ce jour. Quant à la rente annuelle versée à la 
Polynésie fixée à 150 millions d'euros en 1996, elle chuterait à 
84 millions d'euros en 2016.  
    Les partenaires sociaux réclament de leur côté à l'Etat 
français quelque 450 millions d'euros, représentant ce que la 
Caisse de prévoyance sociale (CPS, équivalent polynésien de la 
Sécurité sociale) a dû débourser pour les malades atteints de 
cancers provoqués par des radiations.  
    Une telle somme remettrait à flot la CPS, qui craint de 
ne plus pouvoir payer les retraites de ses adhérents d'ici un an 
environ.   
    Les présidents de "Moruroa e Tatou" et de l'Association 193 
(chiffre correspondant au nombre d'essais menés par la France de 
1966 à 1996 à Mururoa et Fangataufa), ont demandé à leurs 
adhérents et sympathisants de se rendre, vêtus de rouge, partout 
où se rendra François Hollande durant son séjour à Tahiti. 
 
 (Daniel Pardon, avec Elizabeth Pineau à Paris, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.