1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande hospitalisé en 2011 : une révélation qui indigne la classe politique
Le Parisien04/12/2013 à 19:06

Hollande hospitalisé en 2011 : une révélation qui indigne la classe politique

La révélation ce mercredi par France Info de l'hospitalisation de François Hollande en février 2011, pour une hypertrophie bénigne de la prostate, a suscité un concert d'indignations dans la classe politique. Quinze jours après la révélation du cancer de la ministre de la Famille Dominique Bertinotti, qui avait alors relancé le débat sur la transparence sur l'état de santé des dirigeants, la majorité des hommes politiques appellent à respecter la vie privée des dirigeants et à éviter l'emballement médiatique. Avec deux arguments systématiquement avancés : le problème de santé de François Hollande était mineur, et est survenu avant son accession à l'Elysée.

Le gouvernement appelle au respect du secret médical

Jean-Marc Ayrault a donné le «la» dès ce matin sur RTL, ne cachant pas son agacement à devoir aborder le sujet. «Le nombre de Français hommes qui sont confrontés à des problèmes de prostate à partir de la cinquantaine, c'est assez banal», a ainsi commenté le Premier ministre. «Ne faut-il pas respecter ça ? Est-ce qu'on est toujours obligé d'étaler la vie privée ?», s'est-il emporté. «Il y a une espèce de dérive, je ne sais pas où on va», a-t-il déploré. «Je suis surpris qu'on fonctionne comme ça», a conclu le chef du gouvernement, assurant que lui-même était «en forme», tout comme le chef de l'Etat.

«Nous parlons d'un événement qui est intervenu alors même qu'il n'était pas engagé dans la campagne présidentielle. Il n'était même pas désigné candidat socialiste de l'élection présidentielle» a déclaré au micro de BFMTV la ministre de la Santé, Marisol Touraine, à sa sortie du Conseil des ministres, sur le perron de l'Elysée. «Donc, je le répète, soit le candidat considère que certains événements de santé altèrent ou sont susceptibles d'altérer sa capacité à mener campagne, et il en tire les conséquences. Soit ce n'est pas le cas, et je considère que tout cela ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

24 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • puck
    05 décembre16:55

    enfin il va mieux et il reprend du poids, il devient bouffi !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer