Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande évoque une possible nationalisation de Florange

Reuters28/11/2012 à 00:05

PAS D'ACCORD ENTRE FRANÇOIS HOLLANDE ET LE PDG D'ARCELORMITTAL SUR FLORANGE

PARIS (Reuters) - Une éventuelle nationalisation du site sidérurgique de Florange sera décidée d'ici quelques jours, au terme d'ultimes négociations entre le géant de l'acier ArcelorMittal et le gouvernement, a indiqué mardi la présidence française.

François Hollande et le PDG du groupe Lakshmi Mittal se sont entretenus plus d'une heure à l'Elysée mardi, mais n'ont pas réussi à trouver un accord pour pérenniser l'emploi sur un site menacé par l'arrêt de sa "phase à chaud".

Faute de repreneur pour les seuls hauts fourneaux de Florange, le gouvernement a émis l'hypothèse de nationaliser l'intégralité du site, soit la rentable et stratégique "phase à froid" dont ArcelorMittal ne souhaite en aucune manière être dépossédée.

Le président français "a demandé que les discussions se poursuivent entre l'Etat et l'entreprise jusqu'au terme du délai (1er décembre) qui avait été convenu pour trouver un éventuel repreneur", peut-on lire dans un communiqué de l'Elysée.

En officialisant le 1er octobre dernier l'arrêt des hauts fourneaux de Florange, ArcelorMittal avait donné un délai de deux mois pour permettre au gouvernement français de trouver un investisseur pour la phase à chaud.

Ce délai avait suscité le scepticisme de nombreux observateurs pour qui l'achat des hauts fourneaux sans leur débouché naturel de la phase à froid n'a aucun sens économique, alors que l'industrie européenne souffre de surcapacités.

Alors que l'espoir de trouver un repreneur devenait de plus en plus mince, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a évoqué la semaine dernière la possibilité de nationaliser temporairement le site mosellan, déclenchant une polémique sur la politique économique du gouvernement.

Ce dernier a la possibilité de faire voter une loi pour nationaliser Florange, contre une indemnisation, puis de revendre le site à un autre groupe sidérurgique qui maintiendrait les hauts-fourneaux en activité.

Face à cette alternative, ArcelorMittal pourrait aussi proposer au gouvernement de nouveaux projets ou des alternatives pour maintenir l'emploi et pérenniser le site.

UNITÉ NATIONALE

La nationalisation de Florange, "fait partie des sujets de la discussion", a confirmé François Hollande à la presse mardi après une rencontre avec le Premier ministre belge, Elio Di Rupo.

Ce dernier a pour sa part fait état de progrès dans les négociations sur le site d'ArcelorMittal à Liège, en Belgique, également confronté à une fermeture programmée de sa phase à chaud.

Outre la dimension controversée d'une nationalisation, le débat sur l'avenir de Florange avait pris un tour controversé après une sortie d'Arnaud Montebourg contre ArcelorMittal dont l'actionnaire majoritaire, la famille Mittal, s'était dite très heurtée.

Le ministre, qui a précisé par la suite qu'il visait non pas la présence du groupe en France mais ses méthodes, a salué mardi "l'unité nationale" qui se dessine selon lui sur une nationalisation temporaire du site de Florange.

"Il y a comme une sorte d'unité nationale qui se construit progressivement autour du projet de nationalisation temporaire", s'est-il réjoui lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, citant plusieurs personnalités d'opposition ayant validé cette idée.

Il a évoqué "la proposition que nous formulons aujourd'hui de prise de contrôle public temporaire avec un repreneur industriel qui met lui-même son argent".

Arnaud Montebourg avait annoncé la semaine dernière que le gouvernement avait reçu "deux offres et marques d'intérêt sur un périmètre plus large que celui octroyé par la famille Mittal".

Julien Ponthus, Jean-Baptiste Vey, Elizabeth Pineau et Yves Clarisse, édité par Jean-Philippe Lefief

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.