Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande et Valls jouent l'apaisement après avoir frôlé la crise

Reuters28/11/2016 à 18:58
    * Président et Premier ministre s'expliquent à l'Elysée 
    * Valls refuse l'idée d'une "crise institutionnelle" 
    * Vive tension dans l'attente de la décision de Hollande 
pour 2017 
 
 (Actualisé avec déjeuner Hollande-Valls, ministre) 
    par Elizabeth Pineau 
    PARIS, 28 novembre (Reuters) - François Hollande et Manuel 
Valls se sont efforcés lundi de faire baisser la tension née la 
veille des propos du Premier ministre évoquant sa candidature à 
l'élection présidentielle. 
    Au terme d'un week-end de forte tension, un déjeuner entre 
les deux hommes à l'Elysée avait notamment pour objectif de 
clarifier la stratégie de la majorité pour 2017, alors que le 
chef de l'Etat, impopulaire et affaibli, doit annoncer 
prochainement s'il brigue ou non un second mandat. 
    Pour Manuel Valls, cité par son entourage, "il ne peut pas y 
avoir de crise institutionnelle" dans un pays où règne la menace 
terroriste.  
    "Il a expliqué qu'il ne pouvait pas y avoir, dans ce moment 
très précis pour la France, de confrontation politique entre un 
président de la République et un Premier ministre", a-t-on 
ajouté. "Et ce, encore moins entre deux personnalités dont les 
rapports sont basés sur la confiance." 
    Aux dires d'un membre de l'entourage de François Hollande,  
l'"explication claire et franche" réclamée en début de journée 
par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s'est 
transformée en discussion "cordiale et studieuse".      
     
    "C'EST LE PRÉSIDENT QUI DÉCIDE" 
    Après un déjeuner en tête-à-tête, président et Premier 
ministre ont été rejoints pour le café par la directrice de 
cabinet de Manuel Valls, Véronique Bedague-Hamilius, et le 
secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet. 
    François Hollande et Manuel Valls sont apparus souriants au 
moment du départ du Premier ministre, qui s'est ensuite envolé 
pour la Tunisie. 
    Cette mise au point est intervenue au terme de semaines de 
tension au sommet de l'Etat sur fond de pression de la part des 
proches de Manuel Valls, qui a déclaré dans le Journal du 
dimanche qu'il était "prêt" à participer à la primaire que la 
gauche organise en janvier pour l'élection présidentielle. Des 
propos considérés par le camp "hollandais" comme un affront au 
chef de l'Etat.   
    "Ce que fait Valls n'est pas clair car on n'est pas au bout 
de la séquence", analysait lundi un proche de François Hollande. 
"Cela fait longtemps que le Premier ministre considère que le 
président doit réfléchir avant de se lancer, ce qui d'un certain 
point de vue n'est pas faux. Mais c'est le président qui décide, 
et c'est lui parlera", a-t-il fait valoir.  
    Lundi matin sur Europe 1, Stéphane Le Foll a écarté l'idée 
d'une confrontation Hollande-Valls à la primaire PS, dans une 
allusion au président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, 
qui a émis le souhait que les deux têtes de l'exécutif 
participent à un scrutin le plus ouvert possible.   
    "Ça n'existe pas, ça ne peut pas s'imaginer, sauf dans des 
esprits qui ont un peu tendance à confondre leur ressentiment 
personnel avec l'intérêt général", a-t-il dit.  
    Une explication entre les locataires de l'Elysée et de 
Matignon s'imposait pour tenter de redonner un cap à une gauche 
balkanisée, alors même que la droite vient de désigner François 
Fillon pour la représenter en 2017, à l'issue d'une primaire 
populaire et incontestée.   
     
    "RIEN D'IRRÉPARABLE N'A ÉTÉ DIT" 
    Elle était aussi réclamée par le premier secrétaire du PS, 
Jean-Christophe Cambadélis, à la tête d'un parti aux abois 
particulièrement indiscipliné. 
    Sur France 2, le patron des socialistes a tenté de calmer 
les esprits, préférant parler de "discussion" plutôt que de 
"crise" au sein de l'exécutif.  
    "Rien d'irréparable n'a été dit", a-t-il souligné. 
    Pour Stéphane Le Foll, une entrée effective de Manuel Valls 
dans la course à l'Elysée se traduirait forcément par un départ 
de Matignon. "A ce moment-là, il n'est plus Premier ministre, 
c'est aussi simple que ça", a-t-il dit. 
    Signe de la nervosité ambiante, l'Elysée a formellement 
démenti dimanche soir les rumeurs de changement de Premier 
ministre, réclamé par certains proches du président et des 
candidats déclarés à la présidentielle comme Arnaud Montebourg 
et Emmanuel Macron.    
    Ce week-end politiquement embouteillé a aussi vu l'annonce 
de la candidature à l'Elysée de la représentante du Parti 
radical de gauche, Sylvia Pinel, et le soutien du Parti 
communiste au candidat de "France insoumise", Jean-Luc 
Mélenchon. Deux candidatures annoncées hors primaire du PS.  
    Cette semaine de tous les dangers pour le couple exécutif 
doit s'achever samedi par un rassemblement de la Belle alliance 
populaire, mouvement lancé par le PS pour tenter de mettre en 
ordre de bataille une primaire "ouverte" désormais compromise.   
 
 (Avec Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.