Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande donne l'impression de subir les événements, dit Baroin

Reuters14/07/2012 à 22:38

FRANÇOIS HOLLANDE S'ESSUIE LES PIEDS SUR SES PRÉDÉCESSEURS POUR FRANÇOIS BAROIN

PARIS (Reuters) - François Hollande donne l'impression de subir les événements et s'essuie les pieds sur ses prédécesseurs face au plan social de PSA Peugeot Citroën, déclare François Baroin.

Dans le Journal du dimanche, l'ex-ministre UMP de l'Economie réfute avoir contraint le groupe automobile à repousser ses annonces après la présidentielle, comme l'a suggéré le chef de l'Etat dans son interview du 14 juillet.

"C'est une mauvaise facilité que de s'essuyer les pieds sur ses prédécesseurs et cela ne résiste pas à l'analyse. Personne n'est dupe", dit-il.

François Baroin reconnaît avoir reçu le PDG de PSA, Philippe Varin, mais assure qu'il "n'avait jamais été question d'un plan de cette ampleur."

"Maintenant, la gauche est au pouvoir, ils doivent gérer cette situation", ajoute-t-il, soulignant que l'Etat a des moyens d'agir sur le chômage partiel, la reconversion des salariés, ou l'intervention d'entreprises publiques.

François Hollande n'ayant pas exclu une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG), l'ancien ministre dit ne pas voir son intérêt politique. "Elle est plus dangereuse pour le pouvoir d'achat" que la TVA sociale, écartée par le gouvernement, dit-il.

Interrogé sur le style du chef de l'Etat, il répond : "Mais ce qu'on attend d'un président, c'est de fixer un cap. Par exemple, il a parlé de sa relation avec Angela Merkel sans rien dire sur le fond".

"La chancelière nous tend la main sur l'intégration fiscale, il ne la saisit pas. Il donne plutôt l'impression de subir les événements", ajoute-t-il.

PEU DE MESURES CONCRÈTES

Le président n'a guère donné de pistes de mesures concrètes pour le "pacte productif" qu'il souhaite mettre en place, préférant laisser les nombreuses conférences de concertation récemment annoncées dans le domaine économique et social donner leurs résultats.

François Hollande a néanmoins reconnu qu'il fallait réduire le coût du travail même s'il est resté évasif sur une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) qui parait inéluctable à de nombreux économistes.

"Toutes les décisions indispensables à la résolution de la crise sont renvoyées à plus tard", a critiqué Jean-François Copé.

"Il y a une absence totale de ligne stratégique pour la compétitivité, pour l'emploi et pour l'industrie", a également dit le secrétaire général de l'UMP.

Le Front national a aussi estimé que François Hollande était resté "vague sur tous les sujets", en particulier sur l'emploi et le dossier PSA.

Interrogé sur la possibilité pour lui de parler de rigueur ou d'austérité, le chef de l'Etat a répondu : "Il n'y aura qu'un seul mot dans ma bouche qui sera employé parce qu'il correspond à ce que je veux faire : l'effort, l'effort juste".

"Oui, il nous faut faire des efforts, y compris en faisant des économies, y compris en appelant les ressources par la fiscalité", a-t-il encore expliqué.

Pour Martine Aubry, secrétaire nationale du Parti socialiste, le président a tenu un langage de vérité.

"Il a rappelé l'exigence de justice qui doit présider à toutes les décisions, en commençant par la fiscalité, qui devra appeler à contribution prioritairement ceux qui ont le plus", écrit-elle dans un communiqué.

édité par Gérard Bon


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.