1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande demande à Berlin de faire plus pour la croissance

Reuters04/08/2014 à 19:21

* Hollande brandit le spectre de la déflation * Il demande à l'Allemagne de faire plus pour la croissance * Paris prépare les esprits à des déficits plus élevés que prévu (Actualisé avec citations Hollande) PARIS, 4 août (Reuters) - Confronté à une situation économique difficile, François Hollande appelle l'Allemagne à apporter un soutien plus fort à la croissance en Europe, estimant que ses excédents et sa situation financière lui permettaient d'investir davantage. L'exécutif prépare depuis plusieurs semaines ses partenaires européens à de mauvaises nouvelles sur l'économie et les déficits, qui devraient être supérieurs à 3% en 2015 si l'activité reste atone, contrairement aux engagements de Paris. Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il dirait "la vérité aux Français" à la mi-août, tout en avertissant l'Union européenne qu'une consolidation budgétaire trop rapide risquait "d'éteindre la croissance". "C'est la raison pour laquelle nous allons continuer à réduire notre déficit à un rythme équilibré, compatible avec notre situation économique", avait-il dit à l'issue du dernier séminaire gouvernemental avant les vacances. ID:nL6N0Q73YU François Hollande lui a emboîté le pas dans des déclarations publiées lundi par Le Monde. "Il y a un vrai risque déflationniste en Europe : en France, l'inflation n'a jamais été aussi basse. Or, si une faible croissance pèse sur les rentrées fiscales, une faible inflation a également des conséquences budgétaires négatives sur les recettes comme sur la dette", a-t-il dit dimanche au quotidien. "Beaucoup va dépendre du niveau de l'euro qui a baissé ces derniers jours mais encore trop peu", estime le président français, pour qui la Banque centrale européenne "doit prendre toutes les mesures nécessaires pour injecter des liquidités". AUGMENTER LES SALAIRES EN ALLEMAGNE Mais le couple exécutif entend surtout convaincre l'Allemagne de l'aider à surmonter cette passe difficile, alors même que la France a déjà obtenu un délai de deux ans, de 2013 à 2015, pour ramener ses déficits sous la barre des 3%. "Nous mettons en place les réformes annoncées, mais le rythme des efforts entrepris pour réduire les déficits dépend aussi de la croissance. Nous ne sollicitons pas de l'Allemagne une quelconque indulgence, mais nous lui demandons un soutien plus ferme à la croissance. Ses excédents commerciaux et sa situation financière lui permettent d'investir davantage", ajoute François Hollande. A Liège, où il participait aux commémorations du centenaire de l'invasion de la Belgique par l'Allemagne, le président français a précisé sa pensée. "Ce que la BCE doit comprendre, et aussi ce que nos amis allemands doivent entendre, c'est qu'il y a des pays en déficit, la France en est un, ces pays-là doivent faire des efforts pour redresser leurs comptes, pour améliorer leur compétitivité, c'est ce que nous faisons en France", a-t-il dit. "Et puis il y a des pays qui sont en excédent parce qu'ils ont fait des réformes il y a dix ans que la France n'avait pas faites à l'époque et qui se trouvent dans une position meilleure, eh bien ces pays-la peuvent soutenir la consommation, soutenir la demande, augmenter les salaires, faire davantage d'investissements pour qu'il puisse y avoir plus de croissance en Europe. Ce sera bon pour l'Allemagne et bon pour la France." Pour préparer le terrain, le chef de l'Etat français recevra de nouveau les dirigeants sociaux-démocrates européens, dont le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, à la veille du Conseil européen du 30 août qui décidera de la répartition des postes dans la nouvelle Commission européenne. UN RÔLE PLUS IMPORTANT POUR L'ALLEMAGNE L'Allemagne est d'ailleurs réticente à l'idée d'accorder au candidat français, Pierre Moscovici, le poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires, précisément parce que la France ne respecte pas ses objectifs budgétaires. Manuel Valls rencontrera ensuite la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin fin septembre pour tenter d'arracher des concessions sur une initiative censée doper la croissance. François Hollande semble vouloir offrir à l'Allemagne un plus grand rôle en échange de sa compréhension. "La France a toutes les raisons de souhaiter une Allemagne plus présente sur la scène mondiale. Nous n'avons pas vocation à agir seuls. Je suis favorable à un partage de la responsabilité, sur le plan politique, militaire et budgétaire", a-t-il dit. Pierre Moscovici a apporté sa contribution à cet appel du pied de la France à son allié allemand. "La France est un pays qui mérite qu'on lui fasse confiance, je le dis à tous mes amis allemands, la France fait des réformes, la France n'a jamais enfreint les règles du Pacte de stabilité", a dit lundi l'ancien ministre des Finances sur RTL en soulignant que les délais déjà accordés à Paris pour tenir ses engagements en matière des déficits publics avaient été décidés en concertation avec l'Allemagne". (Yann Le Guernigou et Yves Clarisse, avec Julien Ponthus à Liège, édité par Yves Clarisse)

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    05 août22:50

    Quand est-ce que cette bande d'incapables va nous débarrasser le plancher ! Men.teurs, profi.teurs, sec.taires, inu.tiles. Voilà leurs qualités intrinsèques... J'en passe et des meilleures. Ce ne sont que des bouches inutiles !

    Signaler un abus

  • M7361806
    05 août08:51

    dans son pays il est trés fort pour la croissance des impots

    Signaler un abus

  • mfouche2
    04 août18:50

    de plus en plus comique pépère, ça sent le sapin (sans jeux de mots ) . il est aux abois , notre premier président normal, pour qui il ny avait pas de crise (si si souvenez vous ) , qui voyait ( il a des dons de voyance) linversion de la courbe du chomage, qui sentait la croissance revenir , et bien il est dans la m....e. il va devoir aller quemander encore des delais , qui cette fois c est sûr , vont lui être refusés . C est la fin !

    Signaler un abus

  • M1310580
    04 août18:32

    Aidez-nous svp !

    Signaler un abus

  • sarestal
    04 août18:25

    C'est un peu comme "donne moi ta montre je te donnerai l'heure" :-O)Le summum de l' inaptocratie.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.