Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande chiche en réformes structurelles, selon des économistes

Reuters26/01/2012 à 21:47

FRANÇOIS HOLLANDE CHICHE EN RÉFORMES STRUCTURELLES, ESTIMENT DES ÉCONOMISTES

PARIS (Reuters) - François Hollande n'a pas dévoilé beaucoup de projets de réformes structurelles lors de la présentation de son programme présidentiel jeudi, estiment des économistes, selon lesquels sa stratégie de réduction des déficits pourrait en pâtir.

Le candidat socialiste entend réduire le déficit public à 3% du PIB fin 2013. Il compte sur une accélération de la croissance l'an prochain à 1,7% après 0,5% cette année, des hypothèses supérieures au consensus Reuters.

Les économistes d'Exane BNP Paribas soulignent le "peu de réformes de structurelles" dévoilées ce jeudi et notent que "la diminution du déficit se ferait majoritairement par une réforme fiscale".

"Peu de mesures concernent la dépense publique, la réforme des retraites devant être amendée, la RGPP (Révision générale des politiques publiques-NDLR) arrêtée et 60.000 emplois publics réalloués dans l'éducation", poursuivent Pierre-Olivier Beffy et Amélie de Montchalin. "Les marchés pourraient sanctionner le manque de réformes structurelles."

Chez Barclays Capital, Marion Labouré et Fabrice Montagné relèvent qu'"il n'a pas été question de la flexibilité du marché du travail et de sa régulation, des sujets sur lesquels Nicolas Sarkozy devrait faire des annonces dimanche".

Ils ajoutent néanmoins que François Hollande "souligne à raison le besoin d'accroître la compétitivité de l'économie française et de remettre en place des programmes de réindustrialisation".

IRRÉALISTE ?

Selon Joost Beaumont, économiste chez ABN Amro, "l'objectif de monsieur Hollande d'équilibrer le budget en 2017 semble irréaliste".

"Il est fondé sur des hypothèses économiques optimistes et la plupart des mesures annoncées visent à accroître les recettes", poursuit-il. "Je n'arrive pas à trouver des mesures concrètes dans ce plan pour réduire la dépense publique."

Marc Touati, économiste chez Assya compagnie financière, souligne le risque que fait peser sur l'économie la hausse des prélèvements annoncée par François Hollande.

"La récession va s'aggraver si monsieur Hollande engage une augmentation des impôts", dit-il. "Si tel est le cas, les prévisions de croissance du projet Hollande seront très loin de la réalité."

Le candidat socialiste prévoit une hausse du taux de prélèvements obligatoires, qui passerait de 45,1% du PIB en 2012 à 46,9% en 2017.

La majorité actuelle prévoit elle aussi la poursuite de la hausse des prélèvements, la loi de programmation pluriannuelle tablant sur un taux de 45,4% en 2015.

Le gouvernement a choisi l'angle de la réduction des dépenses pour attaquer le favori des sondages.

"Il y a de quoi être inquiet", a dit la ministre du Budget, Valérie Pécresse devant les sénateurs. "Monsieur Hollande donne un coup fatal au désendettement de la France."

François Hollande prévoit de ramener le déficit public à 4,5% du PIB à la fin de l'année, 3% fin 2013, 2,3% fin 2014, 1,6% fin 2015, 0,8% fin 2016 avant de retrouver l'équilibre en 2017.

La dette publique passerait elle de 88,7% du PIB fin 2012 à 88,6% fin 2013, 87,6% fin 2014, 85,8% fin 2015, 83,4% fin 2016, 80,2% fin 2017.

Jean-Baptiste Vey, avec Vicky Buffery, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.